« A chaque génération, sa mission, qui lui appartient de remplir ou de trahir », disait Frantz FANON. Cette assertion, Danielle Neukom l’a bien intériorisée dans ses actions de tous les jours. Artiste engagée et philanthrope qui œuvre pour le développement de la femme sénégalaise, Elleinad de son nom d’artiste  s’est livrée au micro de thieydakar.

De son engagement auprès des femmes qu’elle finance pour leur autonomisation à travers son association Elleinad Allô la Terre (EAT), passant par son art, la musique qu’elle fait par passion, elle est revenue sur ses activités sociales et musicales à travers le monde.

« Comment créer plus de fraternité dans ce monde, ou tout se côtoie dans l’indifférence, ou tous les contraires servent plus à détruire qu’à forger l’unité ; et pourtant, je suis sûre que fondamentalement, partout il y a tant de bonnes volontés inutilisées, cependant, il nous manque le trait d’union ? » Ces questions Danielle se les pose chaque jour, dans un monde plein de cruauté, alors que les choses pourraient être autrement, si chacun œuvrait pour que les autres puissent vivre dans le meilleur des mondes possibles, comme elle s’évertue à le faire sans relâche.

Danielle est née pour aider, et elle aime ça!

Sa première rencontre avec le Sénégal c’était en 2001, année à laquelle elle foula pour la première fois le sol du pays, un an après, commence la rencontre musicale avec le pays de la Téranga. Avant de fonder en 2007 l’association EAT qui œuvre pour le bien-être des enfants, et des femmes etc. Cette femme a beaucoup fait pour le Sénégal.

Un clin d’oeil, Danielle en a fait à tout les amoureux du monde et chante pour eux pour leur souhaiter une joyeuse fête de saint-valentin, ce 14 février…

Vidéo…

 

Par mounamak et I. Wade

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici