La santé reproductive, maternelle, néonatale, infantile, de l’adolescent et la prise en charge des VBG sont primordiales. En  cette période de  crise, une forte priorité  est accordée à la prise en charge des cas de la COVID-19 et la peur d’être contaminé en fréquentant les structures de santé, régne en maitre. Aussi, on pourrait noter une interruption dans la continuité des services de santé de la reproduction, de prise en charge et de soutien des victimes des VBG et de fistule. Du moins  Selon Mme Cécile Compaoré Zoungrana pour qui,  « Il est essentiel de continuer à offrir ses services ». En effet  dit-elle, les crises accentuent les inégalités et exposent davantage les femmes, les filles à la violence basée sur le genre. Le  constat est  fait par la Représentante Résidente de UNFPA pour le déplorer.

Dans la même dynamique, le ministre  de la femme estime que les femmes ont un rôle majeur à jouer dans la riposte nationale. D’où, le plan sectoriel de renforcement de la résilience des femmes et des groupes très vulnérables à la COVID 19. Ce plan est axé sur l’appui complémentaire aux ménages et groupes très vulnérables, le soutien aux  femmes impactées par la précarité économique liée au Covid19, le renforcement de la protection des enfants en situation de rue, le plaidoyer et l’appui à la sensibilisation communautaire ».

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici