DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Economie sociale et solidaire : Plus de 5 milliards aux femmes

L’Union des institutions mutualistes communautaires d’épargne et de crédit (U-Imcec) dont la mission est d’améliorer les revenus et le bien-être des femmes et des jeunes micro-entrepreneurs vivant dans les zones rurales, a reçu, hier dans ses locaux, Victorine Anque-diche Ndeye.

La ministre de la Microfinance, de l’économie sociale et solidaire a souhaité accorder une audience au Réseau des femmes de l’U-Imcec dans le but de pouvoir développer «ensemble» des activités génératrices de revenus. «L’U-Imcec a su garder les principes mutualistes, ces principes nobles de la microfinance, en étant aux côtés des acteurs, dans l’économie réelle, avec des impacts. Pour l’audience, c’est moi-même qui ai besoin de cette audience et c’est moi-même qui vais me déplacer, parce que nous sommes ensemble», s’est justifiée Mme Ndeye lors de sa visite au siège de cette institution, située à Hann Mariste. D’après Victorine Ndeye, ils ont un seul objectif et les mêmes cibles. «C’est de pouvoir jouer notre partition dans l’inclusion financière, et c’est main dans la main qu’on pourra le faire», ajoute-t-elle. Elle considère que la promotion de la microfinance va au-delà des données de financement du ministère des Finances. D’où l’importance, d’après elle, de mettre en place un dispositif social à travers l’économie sociale et solidaire, en accompagnant les acteurs. «Ce dispositif permettra aux femmes d’être renforcées de manière à ce qu’elles soient des actrices capables de consommer les produits de la microfinance», a-t-elle soutenu.

Pour l’adjoint du Directeur général de l’U-Imcec, El Hadji Abdou Sakho, la visite de la ministre de la Microfinance dans leurs locaux constitue une fierté et revêt plusieurs significations. Pour plus d’inclusion à l’ère du digital, l’U-Imcec veut être à l’ère du temps. «Le digital maintenant est incontournable. On parle d’inclusion financière et le digital est considéré comme un outil puissant pour atteindre les populations dans les zones les plus reculées et à moindre coût», plaide El Hadji Abdou Sakho.

Avec U-Imcec, il admet une discrimination positive à l’endroit des femmes et des jeunes. «Nous avons octroyé cette année plus de 5 milliards aux femmes. Nous voulons toucher les familles et pour cela, il faut passer par les femmes et nous y trouvons de l’intérêt parce que ce sont des partenaires fiables», conclut-il.
Il faut noter actuellement que le total des fonds mobilisés par l’U-Imcec est de 27 milliards de F Cfa dont plus de 15 milliards collectés grâce à des stratégies d’épargne mises en place et une production de 24 milliards, informe le Directeur général de l’U-Imcec, Ousmane Thiongane.

laissez un commentaire
%d blogueurs aiment cette page :