S'Informer devient un plaisir

Deuxiéme vague: Les recommandations de la Cosas…

0

Pour  mieux  faire face à  la seconde  vague  plus  virulente qui  frappe  en  pleins  fouets  notre pays il  faut initier ou reconduire des mesures préventives rigoureuses et concertées au niveau des marchés, des lieux de commerce, des lieux de culte, des universités, des écoles, du transport avec des mesures d’accompagnement et des indemnisations, en cas de nécessité.  C’est  l’une des recommandations de  la  coalition pour la santé et l’action sociale.  La Structure  demande  aussi  aux  autorités de  privilégier  la concertation à la coercition en renforçant la dynamique communautaire, qui devra tirer profit de la nature pyramidale et des acquis en matière de santé communautaire de notre système sanitaire (agents de santé / relais communautaires, matrones, badjenu gox,).

Mais  aussi de développer cette stratégie autour des collectivités locales avec l’implication active des organisations de jeunes, les groupements de femmes, les élus locaux, les notabilités religieuses et autres personnes-ressources. Il  s’agit de  redynamiser les comités de veille et d’alerte communautaire, au niveau des quartiers, des villages et des lieux de travail, devant chacun, élaborer un plan d’action communautaire prenant en compte les réalités locales (riposte à la COVID – 19 sous directives communaures),  décentraliser les moyens y compris ceux financiers et mobiliser des financements locaux (présidents de collectivités territoriales, leaders politiques, mécènes), pour permettre à ses comités de mener leurs tâches à bien, à savoir identifier des groupes vulnérables pour les protéger et commencer à les sensibiliser sur les vaccinations à venir. Pour  se  faire,  il  faut renforcer les capacités des acteurs communautaires dans l’accompagnement psychosocial des cas pris en charge à domicile, instaurer un système de suivi-évaluation à tous les niveaux, basé sur le nombre de cas, ce qui suppose un dépistage plus important et le partage des informations épidémiologiques jusqu’au niveau des localités, sans trahir pour autant la confidentialité des dossiers médicaux. La COSAS encourage les pouvoirs publics à rompre avec leur style directif privilégiant les mesures d’exception et à s’engager dans la voie d’un dialogue fructueux avec les forces vives et les communautés.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.