Le 24 février dernier, le vol hc 405 d’air Sénégal qui avait quitté Mar- seille, en direction Dakar, a été retenu à Barcelone. Les passagers, laissés en rade, sont restés pendant quarante et huit heures en Espagne, avant de remonter dans un avion. comme seul justificatif de cette situation, air Sénégal a évoqué des problèmes techniques.
L’histoire s’est encore répétée quarante huit heures plus tard sur la desserte Dakar-Paris et Paris-Dakar. En effet, le hc 403 Dakar- Paris qui devait décoller de Diass dans la nuit du 25 au 26 février, n’a quitté le Sénégal qu’hier, vers 15 heures. au même moment, les clients qui devaient embarquer à Roissy, à 9 heures ce 26 février, n’ont embarqué qu’à 23 heures 55 pour arriver à Diass à 5 heures du matin. a la suite des révélations de libération online, la plateforme facebook de votre canard préféré, air Sénégal a daigné faire un communiqué pour évoque encore des problèmes techniques. en clair, des problèmes techniques seraient intervenus sur trois vols en l’espace de quarante huit heures. En vérité, il n’y a aucun problème technique mais des soucis…financiers. Ces perturbations qui écornent l’image de la compagnie sont dues à des créances impayées. C’est hi Fly, la compagnie portugaise qui s’est portée garante auprès des banques dans le cadre de l’acquisition des appareils d’air Sénégal, qui a adopté une mesure radicale : immobiliser les appareils pour être payé. Se sachant dans la ligne de mire des portugais, après le « problème » de Barcelone, air Sénégal a jugé plus « prudent » de régler cette situation avant de se risquer à faire décoller un avion vers paris. une saisie est vite arrivée…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici