DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

YEKSI NAA : Les 25% découragent les structures de  santé

0

La  solution  des  ruptures  de  médicaments  dans  les  structures  de  santé  est  venue  avec  la  stratégie Yeksi naa  initié  par  la pharmacie  nationale  d’approvisionnement. Un bon mécanisme de dotation des structures de santé, Mais  qui  hélas   n’est  pas  tout  a  fait positif  pour  les  gérant.

En effet, Fallou  Ndao  président  du  comité  de  santé  du  district  sanitaire  de  Mbirkilane pointe  du  doigt, les 25% qui   passe  pour  la  part de  la  Pna  sur  le bénéfice. Le  système  de  facturation ainsi  que  cette déduite   ne  sont  pas  compris. « Toutes nos structures disposent de médicaments en quantité et en qualité. Au départ la Pra de Kaolack amenait les médicaments au district. Nous coordonnons avec les infirmiers chefs de postes pour livrer les médicaments dans les différentes structures sans problème » explique le président  du  comité.  Selon lui, le retard noté dans le remboursement tardif des prestations de la couverture maladie universelle a occasionné un blocage. Avec les 25% et le remboursement tardif, les structures sont dans l’incapacité de payer. Parce que les charges sont énormes et la prise en charge des enfants de 0 à 5 ans et les politiques de gratuité ont posé des problèmes de gestion.

Quand les 25% découragent  certaines  structures

Dans les structures l’essentiel du personnel est composé du personnel communautaire. Les comités de santé ont une lourde charge. La Cmu n’a pas remboursé depuis 2017. Les postes les plus éloignées ont décidé d’arrêter le Yeksi naa à cause des 25%. Ce pourcentage allait être bénéfique pour nos dépositaires, les infirmiers chefs de postes et les comités de sante quand nous en avions discuté avec la Pna. Mais il n’y a pas eu de discussion au préalable. Ce qui  occasionne  une incompréhension totale des 25%. Les structures ne veulent plus entendre parler et souvent les postes ont une commande très élevée de médicaments donc, si la Pna prend les 25% cela  fait  beaucoup  d’argent  et  il  faudrait  revoir  cette  méthode.

Interpellée  sur  la question  des  25%, Aminata Ndiaye, pharmacienne  en chef de la  Pharmacie régionale de Kaolack répond : « On a tenu un atelier de plaidoyer dans toutes les régions médicales. Tous les médecins chefs de district étaient conviés, ceux qui n’étaient pas présents avaient envoyé un représentant. Ils ont trouvé que c’était une bonne chose. Mais je pense qu’on leur avait dit de décentraliser lors des réunions de coordination au niveau des districts. C’est ce qu’ils n’ont pas faits. Les 25%  sont un montant qu’on prélève sur leur  marge. C’est-à-dire quand ils ont 100 frs on prend les 25 frs. C’est 25frs permettent de prendre en charge les opérateurs qu’on paie tous les mois mais également on voulait prendre en charge les dépositaires parce qu’ils ne sont pas bien pris en charge dans les districts. Il y a aussi le carburant des camions pour que les opérateurs amènent les produits jusqu’au niveau des points de prestation des services. Mais nous allons faire une communication avec eux pour leur permettre de mieux comprendre ».

S’agissant de la Cmu (couverture maladie universelle) depuis 2017, ils ne sont pas remboursés. Ce qui a plombé les recouvrements au niveau de la facturation.

Dans la même  dynamique, Docteur Papa Birahim Seck médecin chef district Birkilane notifie  que  ce mécanisme est bien pour le système de santé mais tout le monde ne l’ a pas compris. C’est un système de dépôt vente. On donne le médicament, et vous vendez, on vous facture uniquement ce que vous avez vendu. L’avantage est qu’avant, on achetait des médicaments, mais il y avait des déperditions, il y a des médicaments qu’on ne vendait pas et à chaque fois qu’ils étaient  périmés c’est une perte pour le service. Mais actuellement les médicaments périmés sont collectés et retournés à la Pra. Les médicaments périmé ne sont pas facturés. Il faut une approche didactique et collective pour que les gens comprennent. Si les médicaments sont biens distillés on peut avoir une bonne assise financière. Les problèmes d’accessibilité existent mais cela a été bien géré parce que nous doublons leur demande parfois.

laissez un commentaire