DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Viol : Le mari surpris sur la nièce de sa femme

0

Poursuivi pour viol commis avec violence au préjudice de Maty Dial, une jeune fille âgée de 19 ans, Ahmet Thioune a été jugé hier, par la Chambre criminelle de Dakar. Accusé par la nièce de sa femme, l’homme de 38 ans crie au complot.

Dans la famille Dial, les relations ne sont plus au beau fixe. Une histoire de viol est venue chambouler le quotidien provoquant une forte tension. De cette affaire, deux clans se forment. Rokhaya Dial se range derrière son mari, Ahmet Thioune, accusé de viol par sa nièce, Maty Dial. Elle défend bec et ongle son époux, attrait, hier mardi, devant la Chambre criminelle de Dakar pour des faits de viol au préjudice de la fille de son grand-frère, rapporte L’OBS.

Quant à Maty, jeune fille de 19 ans au moment des faits, elle peut compter sur le soutien de ses parents. Chaque partie tire la couverture sur elle et rejette la faute sur l’autre. Mise sur la sellette, Maty Dial a essayé tant bien que mal de faire croire à la Chambre criminelle son histoire de viol. Les faits se sont déroulés dans la nuit du 30 au 31 janvier 2022. Cette nuit-là, Maty était chez les Thioune pour repasser des habits à la demande de sa «badiéne». La jeune fille

souligne que cette dernière lui avait dit de mettre le reste des braises dans l’encensoir qui se trouvait au salon. C’est sur ces entrefaites que Ahmed l’a trouvée courbée et l’a violée. «Il m’a plaquée au mur puis au sol avant de soulever mon Djellaba pour me pénétrer. J’ai crié de toutes mes forces, mais personne n’est venu à mon secours. Après l’acte, j’ai saigné et quand je lui ai montré le sang, il m’a dit que ce n’était rien. Pour lui, j’ai saigné parce que j’étais étroite. Il m’a aidée à me relever avant de me conduire dans la chambre de ses enfants pour me coucher», a déclaré Maty Dial. Poursuivant, elle fait savoir à la Chambre que Ahmed n’était pas à son coup d’essai. Selon ses dires, le mari de sa «badiène» ne cessait de la provoquer.

«Le lendemain du viol, il m’a appelée au téléphone pour m’informer qu’il allait me remettre une pilule du lendemain. J’ai menacé de le dire à mon père, mais il a promis de m’acheter un IPhone», affirme-t-elle. Maty Dial affirme qu’elle a toujours gardé secret le comportement de son oncle. «Un jour, j’en ai parlé à ma mère, mais elle m’a dit de ne pas faire attention», déclare-t-elle. Entendu pour sa défense, Ahmed Thioune conteste les faits. Selon ses dires, la jeune fille ne cessait de lui faire des avances. «Elle m’a avoué ses sentiments et me harcelait pour que l’on soit en couple», s’est d’emblée expliqué l’accusé. Mais contre toute attente, l’homme de 38 ans finit par céder et accepter d’entretenir une relation amoureuse avec la nièce de sa femme. Leur idylle a

duré deux mois, à l’insu de toute la famille. Malgré cette relation ambiguë, Ahmed jure par tous les saints n’avoir jamais violé la petite. Si on se fie à ses déclarations, cette histoire est montée de toute pièce par la partie civile en complicité avec son père qui aurait une dent contre lui. Revenant sur la nuit des faits, Ahmet poursuit : «La nuit des faits vers 22 heures, elle m’a trouvé au salon pour encore me parler de ses sentiments. Elle s’est assise à mes côtés et on a commencé à flirter. Habillée d’un simple Jallaba, elle s’est mise sur mes genoux et a fait sortir mon sexe pour l’introduire dans le sien. Je l’ai arrêtée à cet instant précis parce que ma femme était dans sa chambre, juste à côté. Le lendemain, elle est venue, accompagnée de ses parents, pour m’accuser de viol. Je ne l’ai à aucun moment pénétrée, même si j’avoue avoir flirté avec elle», a fait savoir l’accusé qui regrette avoir entretenu une relation amoureuse avec la nièce de sa femme. Rokhaya Dial qui avait confié aux enquêteurs que son mari lui a avoué avoir eu des relations sexuelles avec sa nièce, s’est ravisée hier, à la barre. Selon ses dires, la nuit des faits, c’est elle-même qui a aidé la petite à se coucher, lui apportant un matelas et des draps. Prêtant main forte à sa fille, la dame Dial a tenté maladroitement d’appuyer cette thèse de viol. De tous les témoins, elle a été la seule à soutenir l’accusation de sa fille. Sauf que les déclarations de la mère et de sa fille ne concordent pas. Le procureur de la République

n’a pas manqué de le souligner. Si la maman de la présumée victime dit avoir vu la petite culotte de sa fille tachée de sang, Maty soutient le contraire. D’après ses déclarations, elle n’a jamais montré le slip à sa maman. La partie civile a réclamé 8 millions de FCFA pour la réparation du préjudice. Le procureur de la République a requis l’application de la loi. Les avocats de la défense plaident pour l’acquittement pur et simple. Pour les robes noires, dans cette affaire, il n’y a pas viol. Le certificat médical fait état d’une déchirure hyménale ancienne, alors que la présumée victime dit être vierge. L’affaire est mise en délibéré. Elle sera vidée le 16 juillet prochain. La mise en liberté provisoire demandée par les avocats de l’accusé a été rejetée par la chambre criminelle.

laissez un commentaire