DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Un proche du lutteur Siteu arrêté pour agression

0
Le commissariat de Diamaguène Sicap-Mbao a déféré, vendredi dernier, deux agresseurs, dont un proche du lutteur Siteu. 
De retour d’une soirée aux Parcelles-Assainies, un professeur de danse a été victime d’une agression à Diacksao. I. Taye a été blessé au visage puis dépouillé de sa sacoche contenant son téléphone portable, son passeport et la somme de 75 000 F CFA.
 
Après leur forfait, les deux agresseurs ont pris la fuite à bord d’un taxi. La victime a déposé une plainte au commissariat de Diamaguène Sicap-Mbao. Dans sa déposition, le professeur I. Taye a détaillé son agression.
 
« De retour d’une soirée aux Parcelles-Assainies avec mon  ami Rone à bord d’un taxi que nous avons loué depuis Toubab Dialaw, Rone m’a invité à Diacksao pour prendre le petit-déjeuner chez son ami avant de rentrer », déclare le plaignant.
 
 Une fois à destination, I. Taye a retrouvé dans la chambre deux hommes et deux filles. Ne se sentant pas à l’aise, il a décidé de rentrer chez lui à Touba Dialaw. « Mais les deux hommes qui étaient dans la chambre m’ont suivi et m’ont agressé dans la rue », confie-t-il.
 
Les investigations menées par les hommes du commissaire Ousmane Diop ont permis d’interpeller le chauffeur du taxi qui avait transporté les agresseurs. Les limiers ont également mis la main sur les deux filles (C. C. et F. F.)  en possession de deux cornets de chanvre indien. La fouille du taxi s’est soldée par la découverte de la sacoche appartenant à la victime, mais  vide.
 
Interrogé par les enquêteurs, le trio a nié les faits en imputant la responsabilité de l’agression à M. K.  alias « Pimpi » et  à S. H. alias « Zé » ou  « Bou Khess » en cavale.
 
Au terme de l’enquête, le chauffeur du taxi et les deux filles ont été déférés le 1er mars dernier pour vol en réunion avec violence, détention et usage collectif de chanvre indien, selon des sources de Seneweb.
 
Poursuivant leurs investigations, les policiers ont fini par mettre la main sur les deux agresseurs du professeur I. Taye.  Il s’agit de M. K. alias « Pimpi », proche du lutteur Siteu, et de S. H. alias « Zé » ou « Bou Khess ». Ce dernier a opposé une vive résistance aux policiers lors de son arrestation, en les abreuvant d’injures.
 
Conduit au commissariat de Diamaguène Sicap-Mbao où il a été interrogé sur procès-verbal, le duo incriminé a tenté de nier les faits. 
 
Au terme de l’enquête, ils ont été déférés vendredi dernier pour vol en réunion avec violence. S. H. alias « Zé » ou « Bou Khess » est poursuivi également pour rébellion et outrage à agent.
laissez un commentaire