DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Un prédateur sexuel séquestre et viole une adolescente

0

 Mbène S. aura sans doute son séjour de grandes vacances scolaires chez son oncle à Yeumbeul Nord, tel un boulet ou une arête de poisson coincé en travers de sa gorge. L’adolescente a été en effet la cible d’un prédateur sexuel notoire du nom d’Amadou B, qui a piégé, séquestré et violé la gamine de 14 ans dans un bâtiment abandonné, au quartier Ives Niang, sur la route de la marine française. Pénétrée d’un trait, la fille a hurlé de toutes ses forces et s’est évanouie dans le bâtiment abandonné.

Après la fermeture des classes, la fille Mbène S. quitte le domicile de ses parents à Kaolack et vient passer les grandes vacances scolaires chez son oncle, au quartier Ives Niang de Yeumbeul, Route de la marine française.

Son oncle l’appelle lundi dernier, vers 18h, et l’envoie à la boutique pour lui acheter de la cola. Amadou B. intercepte la petite dans la rue, l’appâte par des propos doux et lui demande de le suivre quelque part. Trop naïve, la gamine accepte sans arrière-pensée, se détourne de la direction de la maison de son oncle et se met en route sans broncher. Le tailleur l’emmène dans un bâtiment abandonné, la séquestre et lui demande de se déshabiller. La fille prend peur et refuse. Elle implore la pitié de celui-ci, se jette à ses pieds et lui demande de la laisser partir.

  Amadou refuse et revient à la charge. Il craint l’apparition-surprise de quelqu’un dans le bâtiment, roule des yeux terrifiés et ôte en vitesse les habits de la fille. Il l’allonge ensuite au sol, lui monte dessus et la pénètre sauvagement d’un trait. La demoiselle tente de repousser avec force les assauts de son violeur, en vain. Elle  pousse un cri et tombe dans les vapes. Le gus redoute le pire pour la mineure, se relève en catastrophe et se rhabille. Il l’abandonne sur les lieux, se dirige sur la pointe des pieds jusqu’au grand portail de la bâtisse et tente de prendre la fuite. Il entend du bruit, se précipite dehors et guette la moindre apparition d’individus dans les parages.

La famille de l’adolescente s’inquiète de la longue absence de celle-ci, redoute le pire pour elle et alerte le voisinage. Qui part à la recherche de la gamine vacancière dans le quartier et organise une grande battue dans les coins et recoins de la localité. Le tailleur intercepte la tante de la mineure dans la rue et l’interpelle sur le motif de sa présence sur les lieux. Celle-ci lui parle de la disparition mystérieuse de la nièce de son mari et sollicite son concours. Amadou fait l’innocent, se renseigne sur le signalement et le style vestimentaire de la fille et affirme avoir aperçu le corps inerte d’une fille dans un bâtiment. La bonne dame court sur les lieux indiqués, tombe sur la fille, inerte au sol, et se rue sur elle. Elle suspecte le jeune garçon, l’empoigne et alerte le quartier.

Évacuée à l’hôpital, l’adolescente reprend ses esprits, identifie clairement le tailleur Amadou B. comme son violeur et retrace les péripéties de sa mésaventure devant l’enquêteur de la police de Yeumbeul. Cuisiné à son tour, le présumé violeur botte en touche les accusations et livre sa version des faits. «Je l’ai certes pénétrée et j’ai éjaculé sur elle, mais je ne l’ai pas violée. Car la mineure était consentante au moment des faits», a-t-il soutenu devant les flics. Qui lui font un bref cours de droit pénal dans pareil cas de figure et lui rappellent que le consentement d’une fille mineure n’a aucune valeur juridique dans une affaire de viol.

N’empêche, le mis en cause persiste dans ses dénégations, avoue avoir pénétré et joui sur la fille, mais réfute catégoriquement la thèse du viol. Dépeint comme un prédateur sexuel dans le quartier, Amadou B. a été déféré au parquet pour viol commis sur mineure et pédophilie, puis placé sous mandat de dépôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.