DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Uemoa : Amadou Hott loue le dynamisme de l’organisation

0

Le ministre sénégalais de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott, a salué, hier, en marge de la cérémonie de commémoration des vingt-cinq ans de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), le dynamisme de l’organisation. Pour lui, l’Uemoa figure parmi les organisations d’intégration les plus dynamiques en Afrique, en termes de résultats et de progrès.

« En 25 ans, l’Uemoa a réalisé des progrès énormes (…), des progrès très importants qui ont hissé l’union parmi les organisations d’intégration les plus dynamiques en Afrique », a-t-il déclaré.  Selon lui, depuis la création de l’union en 1994 dans le cadre de l’édification du marché commun, « des réformes importantes ont été entreprises dans les domaines de la fiscalité intérieure, de l’union douanière, de la concurrence du régime préférentiel communautaire et de la libre circulation des personnes ».  M. Hott a indiqué que « l’harmonisation des législations nationales opérées dans ces domaines a eu pour avantage de rendre optimal le fonctionnement de nos économies et de réduire les entraves à la libre concurrence ».  

Dans le domaine de la surveillance multilatérale, a-t-il dit, « le pacte de convergence et de solidarité a permis aux économies de l’Uemoa de converger plus ou moins en maintenant un bon contrôle sur les niveaux de taux d’inflation et le déficit budgétaire ».  « L’union enregistre ainsi depuis plusieurs années, des taux de croissance importants de plus de 06% », a-t-il magnifié, précisant que « d’autre réformes fort importantes, touchant la quasi-totalité des secteurs ont été engagées par l’Uemoa et dont l’objectif est de dynamiser les secteurs économiques et les rendre plus performants ».  « Les réalisations de l’union se mesurent aussi à l’aune de ses programmes et projets », lesquels, a-t-il indiqué, ont « touché les populations et ont eu un impact considérable sur l’amélioration de leurs conditions de vie et de leur bien-être ».  « Cependant, certains défis importants à surmonter persistent tandis que d’autres pointent déjà à l’horizon », a-t-il fait savoir. 

 Il a souligné « le niveau très faible des échanges communautaires » estimés à 16% en 2018, poursuivant que « les efforts doivent être redoublés pour lutter contre les tracasseries, la multiplicité des contrôles sur les corridors et les longs délais dans les transports des marchandises ».  « S’agissant des défis nouveaux, il faut relever que notre union doit faire face à la situation d’insécurité dans la région, engendrée notamment par le terrorisme, le trafic de stupéfiants, les effets négatifs du changement climatique, le chômage et la migration des jeunes », a-t-il soutenu.  « Dans ce contexte, nous devons renforcer la dynamique d’intégration régionale enclenchée par les chefs d’Etat et de gouvernement dans l’esprit de cette solidarité qui toujours a été le fondement de l’action de l’UEMOA », a encore préconisé le ministre sénégalais de l’Economie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.