L’UEFA prépare un assouplissement de son fair-play financier pour les prochaines saisons. L’instance européenne prévoit une limite élargie pour le déficit des clubs et devrait reporter ses prochaines auditions à l’année prochaine. A l’arrêt depuis le mois de mars, le football est touché de plein fouet par la pandémie de coronavirus. Les clubs s’attendent à en subir de graves conséquences sur le plan économique avec des pertes s’élevant à plusieurs centaines de millions d’euros pour certains. Début avril, l’UEFA a donc décidé de suspendre temporairement son fair-play financier pour l’attribution des places européennes. «Cette décision s’applique exclusivement à la participation aux compétitions interclubs de l’UEFA 2020/21», précisait l’instance européenne dans un communiqué.

Les clubs qualifiés en Coupe d’Europe pour la saison prochaine ne craignent donc rien. Mais la situation ne va pas s’arranger en quelques mois, et il faut prévoir la suite. L’UEFA souhaite donc assouplir son FPF dans les prochains mois. 60 M€ de déficit autorisé sur deux ans ? En Europe, on le sait, le fair-play financier impose aux clubs de ne pas dépasser 30 millions d’euros de déficit sur les trois derniers exercices comptables. Un objectif qui sera difficile, voire impossible, à tenir en prenant en compte cette saison 2019-2020. Selon RMC, l’UEFA prévoit donc d’autoriser un déficit de 60 M€ sur les deux dernières saisons. Une mesure qui offrirait une plus grande marge de manœuvre aux clubs.

De plus, les auditions prévues en automne pour décider des sanctions pour la saison suivante ne devraient pas avoir lieu en 2020. Les clubs passeront donc leurs prochaines auditions en 2021. «Des clubs qui auraient eu une bonne année comptable sur les deux pourraient ainsi rentrer dans les clous du fair-play financier et éviter de potentielles sanctions grâce à ces aménagements», expliquent nos confrères.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici