DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Thione Seck à Waly : « Linga deff Genève, man ak samay morom, gnemeygnouko, Diambar deug nga »

0

Le leader du groupe Ramdan, Thione Balago Seck est revenu, ce vendredi, lors de la présentation de son projet en collaboration avec l’Unesco, sur ses divergences avec Waly Seck, la soirée de celui-ci à Genève de ce que d’aucuns qualifient de fiasco.

Connu pour son franc-parler et sa liberté de ton, le père de Waly Balago Seck, Thione Seck n’a pas mis les gants pour dire la vérité a son fils et ses amis qui s’aventurent parfois à l’enregistrer. Pour Papa Thione Thione, Waly doit revoir son entourage. Car dit-il, il est souvent enregistré par les amis de Waly à son insu.  » Il faut que Waly sache une chose, on peut être avec quelqu’un pendant 20 ans, un jour vous vous disputez et, ces années passées ensemble restent nulles.  » Sou Waly begue sétou na khôl cie man » (si Waly veut se mirer, il n’a qu’à se tourner vers moi.), avec ma carrière et mes amis », dixit Thione à son fils Waly, qui dit que les gens peuvent même utiliser cela contre lui. « Quand je discute avec des proches de Waly, je constate qu’ils prennent leur téléphone pour enregistrer notre conversation. Pour ce, j’aimerais leur faire comprendre que je ne suis pas le fils de Waly, mais c’est Waly mon fils. Donc je ne vois pas de quoi dois-je avoir peur de Waly Seck. C’est mon fils. Je ne peux pas avoir un fils et avoir peur de lui. S’il ne veut pas de mes conseils, ce sont ses affaires. Car je me suis battu jusqu’en arriver là ou je suis aujourd’hui. Lorsqu’il est venu au monde, il a trouvé tout ce trésor en place « , rappelle le père à son fils.

S’agissant de la soirée que son fils Waly Balago Seck a tenu à Genève, que d’aucuns qualifient de fiasco, et d’autres parlent de réussi, Thione se dit fier de son fils. « Je crois en lui et c’est une fierté pour moi, parce que j’ai vu qu’il a fait une chose que je n’ai jamais osé faire. La Suisse n’est pas un pays ou la musique africaine est consommée. Il n’y a pas assez de Sénégalais dans ce pays. C’est un circuit très fermé », fait-il, savoir, avant d’ajouter :  » Si Waly a osé organiser un concert à l’Arena de Genève, on doit lui dire chapeau. Car, pour moi, si la salle est de 9 500 places et que Waly fait rentrer 5 500 personnes dans cette salle, bravo mon fiston, bravo Waly ! « Linga deff man ak samay morom, gnemeygnouko, Diambar deug nga » ( ce que vous avez osé faire, mes camarades et moi, nous n’osons pas le faire). D’ailleurs, le père encourage davantage son fils Waly Balago à refaire ce genre de défi.

Suivez sa réaction…

 

laissez un commentaire