«  On nous  parle de question de procédure, mais  ce qui est clair,  c’est que maintenant, le procès est ouvert. Avec une solide violation  des droits de Khalifa Sall.   Il y a eu une volonté clairement affichée de tout faire pour  empêcher la candidature de Khalifa Ababacar Sall  et surtout de faire en sorte qu’il ne puisse  être dans la course » a déploré Thierno Bocoum.  Poursuivant, il dira que « c’est avec beaucoup de regret que nous constatons au Sénégal aujourd’hui que nous avons un président de la République élu au suffrage universel pour rendre compte au peuple. Mais au cours de son mandat il décide de qui va être son  adversaire et de qui va voter  parce qu’actuellement beaucoup de sénégalais qui n’ont pas reçu leur carte d’électeur ».

C’est d’ailleurs dit-il dans cette dynamique que s’inscrit le procès de Khalifa Sall. « On a violé tous ses droits depuis le début et on veut le  juger le condamner  et l’éliminer indirectement » a renseigné Thierno Bocoum

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici