Evoquant la situation du système bancaire à fin 2019, le Directeur national de la Bceao a révélé, sur la base des chiffres provisoires, que les crédits ont augmenté de 8% comparé à 2018, pour s’établir à 4881 milliards de F Cfa. Les créances en souffrance, c’est-à-dire les crédits qui n’ont pas été payés à temps, représentent 13,8% de l’ensemble des crédits, a ajouté M. Lô. Cela constitue une préoccupation pour le régulateur et les les établissements financiers.

Selon Al Aminou Lo, les créances en souffrance sont de l’ordre de 732 milliards de F Cfa- chiffre brut-. Le taux net est de 5,9% parce que les banques en ont provisionné une bonne partie. « Cette situation interpelle la résolution dans la célérité des contentieux bancaires au Sénégal », a-t-il dit. Se félicitant du travail du Tribunal de commerce hors classe de Dakar qui a traité quelque 3000 dossiers en 2019, Ahmadou Al Aminou Lô a exhorté à une poursuite de la dynamique. Il a émis le voeu que cette juridiction soit renforcée en moyens et qu’elle puisse aussi hériter des dossiers qui sont dans le Tribunal de grande instance. L’Etat du Sénégal, a-t-il rappelé, s’est engagé à modifier la loi sur le Tribunal de commerce pour lui permettre d’hériter des anciens dossiers et d’accélérer la procédure de résolution des contentieux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici