La voix grave, le ton menaçant. L’homme est monté au créneau pour recadrer les pourfendeurs de son régime. Outré par les sorties au vitriol de ses détracteurs l’accusant d’avoir plongé le Sénégal dans le lourds endettements, le chef de l’Etat, Macky Sall s’est mis à l’avant-garde pour défendre sa politique. Présidant avant-hier samedi, l’ouverture du Panel de haut niveau de la Convergence des cadres républicains sur le « Pse en marche : Quel Sénégal à l’horizon 2035 ? », le Président Macky Sall a fustigé la démarche de ses adversaires politiques l’attaquant sur la dette. Pour lui, le « faux débat » sur la dette doit cesser et les personnes malintentionnées arrêter de vendre de fausse illusions au peuple. Macky Sall : « Des gens parlent de la dette sans aucune maîtrise. Nous sommes endettés pour les accès universels. Les populations qui sont dans les zones reculées doivent encore attendre 50 ans pour avoir de l’électricité, de l’eau potable et avoir de l’électricité, et avoir accès à la santé. Le Sénégal devra-t-il renoncer à prendre part au modèle significatif à l’exploitation de ses ressources et en tirer le meilleur profit ? Voilà une question. mais pas d’inventer des histoires. C’est des colporteurs de fausses nouvelles. Nous devons être fiers de ce que nous faisons et il appartient aux cadres de le défendre avec véhémence et courage. Nous assumons que nous nous endettons. Quel est le pays au monde qui ne s’endette pas pour son développement ? Qu’on me donne un exemple. Ca n’existe pas. Les pays développés peuvent aller jusqu’à 120, 130, 150 % de leurs revenus. Nous nous sommes à 60% et des gens crient à un surendettement. Il nous faut être plus sérieux pour construire le pays », avise Macky Sall.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici