La mort ‘’suspecte’’ du secrétaire général du comité de vigilance de Bofa livre ses secrets.

Des recoupements effectués par l’Obs auprès de sources médicales, Bourama Sané avait bu ‘du ’khémé’’, un produit hautement toxique utilisé  par les ménages pour le nettoiement. Son acte était prémédité.

Sané, qui devait répondre à une 2e convocation de la gendarmerie dans le cadre de l’enquête sur la tuerie de Boffa a laissé une lettre d’adieu intitulé « testament de fin de vie ». Il y expliquait les raisons qui l’ont poussé à commettre son acte désespéré.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici