La proposition qui a été faite pour donner un statut particulier à Dakar, Diamnadio et éventuellement, à d’autres villes du pays, ne remet pas en cause le principe de la communalisation et ne fait pas non plus, obstacle à l’élection des maires à la tête des 557 communes du Sénégal», a précisé Me Ousmane Sèye. Selon lui, alors que Dakar ne se présente pas comme une commune ni un territoire communal malgré les 19 communes en son sein, il était temps que l’on s’arrête et réfléchisse en proposant des solutions pour sa gestion adéquate au-delà des circonscriptions qui la composent. «Tous les maires des 19 communes seront élus au suffrage universel direct. Mais le cas particulier de Dakar est à revoir. C’est une fiction territoriale à la tête de laquelle se trouvent un maire et un conseil municipal avec un budget colossal sans programmes et avec souvent des conflits entre le pouvoir local et le pouvoir exécutif. Nous avons réfléchi à une solution radicale qui est de d’ériger Dakar en district ou en conseil communal de ville à la tête duquel se trouvera un responsable nommé par le président de la république et qui sera assisté par un bureau ou un conseil d’administration », a expliqué Me Ousmane Sèye.

A partir de ce moment, dit le vice- président du Hcct, « on dépolitise la ville de Dakar». Capitale dont la gestion est de plus en plus complexe, elle aura, à l’en croire, des compétences déterminées avec un budget déterminé et exécuté par une structure qui n’est pas une commune. Cette structure, selon lui, peut être appelé « district, conseil d’administration ou même ville de Dakar» si bien que l’essentiel, et ce qui importe le mieux, c’est l’instance délibérante. «La proposition n’est dirigée contre personne ni faite pour favoriser qui que ce soit. elle est faite pour améliorer et alléger la gestion de la ville de Dakar en tant que capitale ou la gestion de Diamnadio comme ville nouvelle », a-t-il tranché estimant que c’est de cette seule manière que les difficultés de prendre en charge l’éclairage public, la questions des ordures solides et la salubrité seront réglées. Tant cette structure aura des compétences pour se charger de ces questions cruciales avec un budget adéquat et un programme astreint pour son fonctionnement.

«On n’écarte personne»

Cette proposition considérée comme moyen d’écarter des candidats de l’opposition à la course pour le fauteuil de maire de la ville de Dakar, me Ousmane Sèye est d’avis que c’est danser plus vite que la musique et faire un mauvais procès au régime en place. «nous ne sommes pas en- core au stade des élections territoriales. non seulement cette proposition est faite pour alléger la gestion de la ville de Dakar mais aussi et surtout, pour responsabiliser davantage la gestion de la capitale par une structure non politique. avec à la clé, un programme assigné à remplir durant son mandat. Toutefois, comme toute proposition nouvelle, les débats autour de la question ne peuvent pas manquer. Si bien que les appétits individuels tant du côté du pouvoir que de l’opposition, se signalent au fur et à mesure que l’on s’approche des élections territoriales à venir. «C’est normal qu’il ait des personnes ou des entités poli- tiques réfractaires à l’évolution. On comprend. Mais avec un peu de recul et de générosité dans la réflexion, l’on se rendra compte que la proposition est faite, en réalité, pour améliorer la situation de la ville de Dakar, pour embellir la capitale et pour que son budget soit investi dans l’intérêt de Dakar et non pour une clientèle politique».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici