Avec une prévalence générale de 0,7%, l’état de santé du Sénégal
par rapport au Sida n’est pas inquiétant. Mais dès qu’on jette un
coup d’œil sur certains groupes, notamment les «populations clés», l’inquiétude monte.Dans les milieux de la lutte contre l’épidémie, le défi est de pouvoir les prendre en charge dans un pays où la tolérance à leur endroit est presque nulle. L’objectif en 2020 est de dépister 90% des personnes infectées par leVih, d’en placer 90% sous traitement anti-rétroviral et rendre indétectable la charge virale chez 90% de ces personnes. Mais cette quête des «trois 90» n’est pas une mince affaire.

La frayeur que suscitait le Sida s’atténue. Les progrès de la médecine et les succès dans la réponse à l’épidémie ont joué un rôle prépondérant. Les programmes se succèdent et se fixent des objectifs plus optimistes. Aujourd’hui, trois chiffres résonnent comme un leitmotiv et sonnent la mobilisation mondiale : « 90-90-90».AuSénégal comme ailleurs, il s’agit de faire en sorte qu’en2020,90%despersonnes infectées par le Vih soient dépistées,90%de ces personnes soient mises sous traitement anti rétro- viral et qu’on arrive à rendre indétectable la charge virale chez 90% de ces patients. Trois années séparent le Sénégal de cette échéance et le branle-bas a sonné dans les milieux de la lutte contre le Sida. Ce n’est ni un état de guerre encore moins un état de siège, mais la vigilance s’impose aux acteurs. A la Division de lutte contre le Vih et les Ist, le médecin-colonel Cheikh Tidiane Ndour n’est point alarmiste mais alerte : « Si on voit la prévalence dans le cadre de la généralité de la population, le taux faible. Il est estimé à 0,7%. Mais appréhendée sur l’angle des populations-clés les plus exposées, les taux sont acclamant. On est à 18,5% chez les professionnelles du sexe (ENSC, 2010),18,5% chez les hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes (étude DLSI 2014) et 9,4% chez les consommateurs de drogues injectables (CDI).

La situation est aussi critique en milieu carcéral, avec les personnes en conflit avec la loi qu’il faut aussi considérer comme clé.» Les inquiétudes du chef de l’unité tiennent du fait que ces populations-clés ne sont pas isolées. Elles vivent avec la population, peu- vent avoir des relations à risques avec elles et constituent des passerelles de transmission du Vih. Aussi bien au Conseil national de lutte contre le Sida (CNLS) qu’à l’Alliance nationale des communautés pour la santé (ANCS), qui sont à l’avant-garde de cette mobilisation, le regard est rivé sur les statistiques. Par rapport au premier des trois «90», le Sénégal est encore loin du compte. Le dépistage du virus ne couvre encore que 39% des personnes infectées. Pour la mise sous traitement anti-rétroviral, elle ne concerne que 54% de ces personnes et pour le dernier des «90», l’indicateur ne donne que 15%. «Il est encore tôt pour conclure à quoi que ce soit ; il faut attendre que tous les malades aient accès aux Arv pour le faire. L’objectif est cependant atteignable. Mais il nous faut arriver à impliquer les groupes-clés les plus exposés au Vih dans cette lutte », assure le Colonel Ndour. La condamnation de la société Ces populations mises en marge de la société, usagers de drogues injectables, professionnelles du sexe ou hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, ont des pratiques qui les exposent à la loi sans compter le rejet et la condamnation sociale dont ils font l’objet. « On est dans une épidémie de type concentré avec 0,7%, mais si les populations-clés ne sont pas prises en charge et n’ont pas accès aux soins la situation pour- rait empirer», argumente encore le chef de la Division Ist/sida. La perception sociale par rapport à ces groupes limite les chances d’atteindre le premier «90». Sans compter qu’il s’agit aussi de per- sonnes difficiles «à maitriser».

Mais dans le milieu de la lutte contre le Sida, l’impératif consiste à les impliquer. « On cherche à passer par leurs pairs pour avoir accès à eux et les amener vers les lieux de consultations. Les résultats de cette collaboration sont satisfaisants et nous envisageons de commencer l’autotest », confie le chef de la Division de lutte contre le Sida et les Ist. Si des personnes sont testées positives, elles peuvent être référées vers les centres de santé. « On a intérêt à bien les prendre en charge parce que notre santé dépend de la leur. Ces personnes sont des passerelles. Un homme qui a des relations sexuelles avec des hommes peut être polygame ou mariés et mettre leurs proches dans des situations à risque ». De même qu’on ne compte pas les hommes qui fréquentent les professionnelles du sexe qui peuvent aussi être des relais dans la transmission du Vih. Au CNLS, la réponse à l’épidémie ne se conçoit plus sans les populations-clés. Elles entrent dans le cadre de la stratégie qui a démarré depuis un certain temps. « Nous avons formé des formateurs qui se chargeront, à leur tour, de former des personnes chargées de prendre en charge les consommateurs de drogue par voie injectable », confiait la directrice, Mme Safiétou Thiam, au sortir d’une formation de forma- teurs pour une meilleure prise en charge des consommateurs de drogue par voie injectable (Cdi). Un phénomène qui prend de l’ampleur et impose une prise en charge des victimes d’addiction. Le programme se poursuit à l’hôpital Fann et dans les services de psychiatrie, « avec plusieurs aspects qui concernent la prise en charge de l’addiction mais aussi la réinsertion. C’est une approche multidisciplinaire qu’il faut pour aboutir à de très bons résultats », affirme Mme Thiam.

DR IBRAHIMANDIAYE « Le Cpiad est dans la dynamique de collaboration »

«Le Centre de prise en charge intégrée de l’addiction de Dakar (CPIAD) est dédié au traitement des usagers de drogue, quelle que soit la voie utilisée. Et parce que les anciens usagers ont un rôle à jouer dans cette lutte contre le sida, nous utilisons les personnes sevrées pour améliorer la sensibilisation grâce à une équipe mobile qui Se déplace pour mieux parler aux groupes. Ces usagers de drogues ont des  personnes attentives quand leurs pairs leur parlent. Dès qu’un test du Sida effectué parmi eux est positif, on met la personne sous Arv. Récemment, quand on a fait un contrôle sur la charge virale, on s’est rendu compte que l’ensemble des patients qui ont le Vih ont de bons résultats biologiques, avec des charges indétectables.»

DR LAMINEDIOUF, PSYCHIATRE être plus attentif aux usagers de drogue

Le docteur Lamine Diouf est psychiatre. Comme plu- sieurs de ses pairs, il a été formé pour dupliquer la formation sur la prise en charge des consommateurs de drogue par voie injectable. Jusqu’ici, cela se faisait à Dakar. Désormais, il s’agit de faire progresser la pratique dans les différentes localités. « Nous avons compris que les groupes-clés comme tous les autres patients ne doivent pas être négligés, pour éviter qu’ils ne tombent pas dans l’abus et dans la dépendance et faire de sorte qu’elles bénéficient de services sociaux, sanitaires et juridiques pour leur éviter des complications », explique-t-il. Avant, dit-il, ceux qu’on appelle «drogués» étaient qualifiés de malades mentaux. Aujourd’hui, leur environnement change dans le secteur de la santé.

CONFIDENCE: « Comment je suis sorti du monde de l’héroïne »

Il collabore aujourd’hui avec le Centre de prise en charge intégrée de l’addiction de Dakar (CPIAD). Pour avoir gouté à l’héroïne, c’est un pan de sa vie qui a failli disparaitre. Sevré et désomais utile à la société, ils’est engagé dans la lutte conte le Sida. Dans l’anonymat, il conte son histoire.

Mon histoire est celle d’un Sénégalais qui s’est frotté, un jour, à la drogue par voie injectable. Parler de moi se résume à faire comprendre comment j’ai sombré dans la drogue. Je suis issu d’une famille modeste. Très tôt, j’ai perdu mon père. Ma mère faisait avec les moyens du bord. C’était une grande famille. J’ai dû abandonner mes études pour entrer dans la vie active et aider ma mère. J’ai eu un emploi dans une société de la place et par la suite je suis devenu responsable adjoint. Mon traitement salarial était bon. J’avais même un véhicule et une maison. Je me suis marié par la suite avec la femme que j’avais choisie et la vie était belle. Mais parfois le destin peut être doublement cruel. » « J’ai perdu ma mère, ma boussole » « J’ai perdu ma mère qui était ma boussole. Je n’étais plus moi-même. J’errais partout en quête de repère. C’est comme si toute la terre s’était dérobée sous mes pieds. Dans ma vie de bohémien, j’ai croisé quelqu’un qui m’a fait goûter à l’héroïne. Je venais ainsi de franchir le seuil de ce qui est devenu l’enfer. Je me suis isolé pour devenir un consommateur de drogue. J’étais vulnérable. Mais en 2011, une équipe de terrain mise sur pied pour infiltrer le milieu des consommateurs de drogue injectable (Cdi) cherchait des personnes qui pouvaient faire le travail de sensibilisation. J’ai été choisi. Mon travail consiste à aider ces personnes à réduire les risques liés à leurs pratiques. Nous procédons à la distribution de seringues neuves pour récupérer celles déjà utilisées et les détruire. Nous offrons des outils de réduction de risques comme l’eau stérilisée et les tampons alcoolisés. Nous faisons aussi d’elIe (Ndlr:information, éducation, communication) pour sensibiliser et pousser les personnes à aller vers le centre d’addictologie. » « Le consommateur de drogue n’est pas quelqu’un qui n’en fait qu’à sa tête » « La société, de manière générale, a un regard sévère sur ces personnes-clés. Ceci peut jouer un mauvais rôle dans les traitements. Les patients ont plutôt besoin du soutien de leurs proches pour sortir de leur calvaire. Le consommateur de drogue n’est pas quelqu’un qui n’en fait qu’à sa tête. L’addiction est très complexe. C’est une maladie. La per- sonne qui en souffre a besoin d’être assistée dans le cadre d’une alliance thérapeutique. C’est parce que j’ai bénéficié de ce soutien que je suis à même de parler de mon histoire aujourd’hui. »

Yande DIOP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici