DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Sextape : L’étudiant en Lettres, sa copine bachelière et Seneporno

0

Le cursus universitaire de l’étudiant en Lettres modernes du nom de Matar N. a piqué du nez à cause de ses sentiments d’amour pour une fille nommée Fatou Ng, qui vient de décrocher son baccalauréat.

Matar connaît depuis longtemps la fille. Ainsi, il l’assiste souvent dans ses exercices et se propose de l’accompagner sur le chemin de l’école. D’autant que la demoiselle prépare son baccalauréat. Au fil du temps, le jeune garçon nourrit des sentiments d’amour pour la fille et lui déclare sa flamme. Malheureusement pour lui, cette dernière décline l’offre. Matar fronce les sourcils et considère comme une raclée le refus catégorique de la fille. Il rumine sa colère et concocte un plan de vengeance contre celle-ci. Tout en insistant pour que la fille accepte de sortir avec lui.
Face à l’attitude teigneuse du garçon, Fatou le bloque sur WhatsApp. Celui-ci se procure un numéro de téléphone Tigo, change d’identité et se présente sous le nom Galass. Il use de subterfuges et envoie une demande d’ami sur les réseaux sociaux à la demoiselle. La pauvre fille ne se doute de rien et accepte.

Il fait un photomontage de la fille avec une vidéo obscène sur Seneporno

Un jour, Matar envoie à la fille ses photos à elle.Intriguée, celle-ci interpelle le jeune homme. Ce dernier lui avoue être l’étudiant dont elle avait repoussé ses avances dans le passé. Quoique stupéfaite, Fatou passe l’éponge. Mais, ruminant sa soif de vengeance, Matar  fouille alors le statut WhatsApp de la bachelière et pique ses photos. Il les poste ensuite dans une vidéo intitulée le sextape de Néné Mbengue sur le site Seneporno, où l’on montre une femme au visage flouté, qui se masturbe. Il y laisse également son numéro de téléphone ; une subtile manière de présenter la jeune fille comme une prostituée.

Une parente alerte la fille qui active le commissaire Alpha Omar Ba

La vidéo fait le tour du monde. Une parente de la nouvelle bachelière tombe sur l’image et l’alerte. Cette dernière visionne ladite vidéo et manque de s’étriper. Mais, ayant reconnu le numéro de téléphone, elle appelle sur le numéro, tombe sur l’étudiant dépité amoureux et l’interpelle. Celui-ci hausse le ton et l’envoie paître avant de lui raccrocher au nez. Désemparée, Fatou débarque au commissariat d’arrondissement de Guinaw-Rails et en informe le nouveau chef de service, Alpha Omar Ba. L’officier de police judiciaire active ses hommes de terrain qui interpellent l’étudiant.

Une autre demoiselle enfonce l’étudiant dépité amoureux

L’arrestation de l’étudiant se répand dans le secteur. Une fille nommée Abibatou apprend la nouvelle et se rend toutes affaires cessantes au commissariat. Elle enfonce le garçon et raconte comment elle a fait connaissance avec lui. «Il (l’étudiant) m’avait envoyé une demande d’ami avec l’image d’une femme nommée Néné Mbengue comme photo de profil – mais une femme qui se trouve être Fatou Ng. Croyant qu’il s’agissait d’une femme comme moi, j’ai accepté sa demande. Il m’envoyait des photos de Fatou Ng. Il m’a intégrée dans son groupe Instagram qu’il a créé. Il a partagé ensuite mon numéro avec d’autres individus. Alors que je préparais le Bac, j’ai reçu beaucoup d’appels d’offres de partie charnelle. Ce qui m’a fait tiquer. Vérifications faites, j’ai découvert que c’était Matar qui envoyait des messages de propositions de relations sexuelles tarifées à ces gens-là, qui s’étonnent lorsque je leur disais de n’avoir jamais fait ça», témoigne Abibatou.

Matar avoue mais nie avoir monté les photos avec une vidéo obscène

Livré aux enquêteurs, Matar N. reconnaît les faits, mais nie sans convaincre être l’auteur du photomontage suivi de la vidéo obscène en question. Il déclare toutefois avoir capturé et envoyé les photos de la fille dans un groupe de femmes et soupçonne un des membres d’avoir agi de la sorte. Des allégations qui n’ont pas convaincu les flics qui l’ont placé en garde à vue. Il a été présenté, hier, pour collecte illicite de données à caractère personnel, diffusion d’images obscènes et usurpation d’identité numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.