DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

«Sénégal : Victoire du président Macky SALL aux législatives du 31 juillet 2022» par M. Amadou Bal BA –

0

Ces législatives au Sénégal du 31 juillet 2022 sont marquées par une très forte abstention à plus de 60%. Il y avait eu une forte pluie torrentielle la veille du scrutin qui aurait démobilisé certains électeurs.

Le président Macky SALL revendique la victoire aux législatives, dans un contexte de poussée de l’opposition qui n’a pas pu imposer la cohabitation «Nous avons gagné 30 départements sur les 46 ; ceci nous donne incontestablement une majorité à l’Assemblée nationale» dit Mme Aminata TOURE, une ancienne première ministre et tête de liste de la majorité. Selon les estimations le président Macky SALL aurait remporté 30 départements sur 46. Ces départements sont : Diourbel, Fatick, Foundiougne, Gossas, Birkilane, Kaffrine, Kounghel, Malem Hodar, Guinguinéo, Kaolack, Nioro, Kedougou, Salémata, Kolda, Médina Yoro Foula, Vélingara, Louga, Linguère, Kanel, Matam, Bounkiline, Ranérou, Dagana, Podor, Goudomp, Bakel, Goudiri, Koumpetoum, Tambacounda et M’Bour. La majorité présidentielle a aussi gagné l’Afrique du Nord, de l’Ouest et du Centre.

La majorité présidentielle de Macky SALL a gagné dans les zones rurales. Ce qui a lui confère cette victoire à l’assemblée nationale. On n’a pas encore le décompte officiel du nombre de sièges gagnés par la majorité et ce n’est encore qu’une estimation. On pense à travers les procès-verbaux que le camp présidentiel pourrait avoir 110 sièges, sur les 165 que compte l’assemblée. Dans la législature 2017-2022, la majorité détenait 125 sièges ; elle en a donc perdu 15, au profit de l’opposition. Cependant, 110 sièges pour le président Macky SALL, si c’est confirmé, est une majorité confortable pour gouverner, sans difficulté.

Il est indéniable que Fouta-Toro resté très fidèle au président Macky SALL. Maître Malick SALL qui n’était pas candidat à ces législatives, en soldat du Chef de l’Etat, a fait une très belle campagne dans le Nord est devenu incontestablement le patron du Nord. Les Foutankais ont suivi les recommandations de maître Malick SALL, Garde des Sceaux Ministre de la Justice, une pièce-maîtresse de l’équipe gouvernementale du président Macky SALL.
En définitive, tout semble donc indiquer que le spectre de la cohabitation s’éloigne. Les électeurs ont apprécié le bilan positif du président Macky SALL, un Pharaon des temps modernes.

Naturellement, l’opposition conteste cette déclaration de Mme Aminata TOURE, tête de liste de la majorité présidentielle, et parle de «vulgaire mensonge» ou de «majorité préfabriquée» dit Barthélémy DIAS, dans une radio privée. Barthélémy DIAS, maire de Dakar, avait commencé à pavaner dans les rues de la capitale sénégalaise, comme si l’opposition avait imposé la cohabitation. Se fondant sur les tendances dans les villes, l’opposition faisait semblant de croire que la victoire lui serait acquise. «Il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tannée» dit un dicton français.

Cependant, il est incontestable de noter une forte percée de l’opposition, entamée aux municipales qui se confirme, mais il s’agit de succès essentiellement dans les grandes villes. L’alliance entre Wallou et Yéwwi semble être profitable à l’opposition. La victoire de Guy Marius SAGNA, un homme de conviction, sans déclarations outrancières, est hautement symbolique pour l’opposition.

Par conséquent, le président Macky SALL pourra donc nommer, librement, son Premier ministre, un poste qui avait été supprimé, puis rétabli. L’opposition avait espéré, vainement, par une victoire à ces législatives, pour essayer d’empêcher le président Macky SALL de se présenter aux présidentielles de 2024. Cette hypothèque est donc levée. J’estime que le mandat en cours, lors du référendum du 20 mars 2020, ne compte pas dans l’interdiction du cumul de plus de deux mandats, en raison de l’interdiction de la non-rétroactivité des lois. Seul le Conseil constitutionnel et le peuple sénégalais, sont les juges en matière électorale en vue des présidentielles de 2024, comme c’est le cas dans ces législatives du 31 juillet 2022. Ce n’est donc pas à l’opposition, qui n’a pas respecté le principe de parité dans ces législatives, de s’improviser, très hasardeusement en juge électoral.

Dans tous les cas le Sénégal est un «Grand petit pays», en référence au titre de mon troisième livre. Les députés de la majorité présidentielle qui ont perdu ont félicité leur adversaire. Un fair-play remarquable signe de maturité politique et de démocratie.

Qui sera le président de l’Assemblée nationale du Sénégal, après le départ de Moustapha NIASSE (voir mon article) ?

Les débats au sein de cette assemblée, en raison de la poussée de l’opposition seront animés.

Paris, le 1er août 2022, par M. Amadou Bal BA – http://baamadou.over-blog.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.