S'Informer devient un plaisir

Sénégal : Une loi pour clarifier le coût effectif du crédit bancaire

0

Au Sénégal, il est désormais fait obligation aux établissements bancaires et financiers de préciser le taux effectif global (TEG) des crédits qu’ils accordent à l’effet d’informer les agents économiques sur le coût total effectif des emprunts qu’ils contractent.

L’Assemblée nationale du Sénégal a voté, lundi, le projet de loi portant définition et répression de l’usure en présence de Abdoulaye Daouda Diallo, ministre des Finances et du Budget, qui a présenté et défendu les changements intervenus dans ce texte réglementaire. Cette nouvelle Loi apporte des innovations, notamment  » l’obligation de mentionner dans tout contrat de prêt, le taux effectif global (TEG) « . En effet, ce taux global permet d’évaluer le coût réel du crédit octroyé à un emprunteur. Il permet, en outre, de prendre en compte, dans les frais entrant dans le calcul du TEG, les charges liées aux garanties dont les crédits sont éventuellement assortis. A titre d’exemple, il arrive que les taux promotionnels d’environ 5% affichés (notamment en période de rentrée scolaire ou de Tabaski) par les banques enregistrent une hausse au moment de calculer le Taux effectif globale (TEG) qui peut se situer à près de 7%, voire plus en intégrant les divers frais annexes.

Toutefois, les députés, membres de la Commission des Finances et du Contrôle budgétaire de l’Assemblée nationale, n’ont pas manqué de regretter, d’une part, le coût élevé des frais liés aux garanties de prêt auprès de certaines banques ainsi que les difficultés aiguës à baisser les taux d’intérêt réels dans l’économie du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.