Le ministre des forces armées a visité, ce vendredi, les installations de la nouvelle unité militaire basée à Ourossogui (Matam) en compagnie du ministre de la Justice, Malick Sall et du général Birame Diop, chef d’Etat-major général des armées (CEMGA). Selon Sidiki Kaba, ce Bataillon sera fort de plus de 700 personnes.

Sidiki KABA: « Me Malick Sall est un digne fils du terroir »

Le ministre des Forces armées, dans son allocution, a présenté son frère et ami Me Malick Sall, Garde des Sceaux comme un digne fils du terroir.

« Je suis particulièrement heureux de dire que je suis en compagnie de mon frère et ami, le Gardes des Sceaux, ministre de la Justice, Me Malick Sall, un digne fils du terroir et qui est avec nous à qui vous venez de rendre et à notre délégation un accueil populaire et enthousiaste. Je voudrai remercier aussi monsieur le maire et lui dire combien nous apprécions la qualité de cet accueil », a de prime à bord déclaré Sidiki Kaba.

Le nouveau Bataillon est une réponse aux défis sécuritaires

« Son excellence, Monsieur Macky Sall, tenant compte de l’analyse de la situation sécuritaire dans notre sous-région et plus globalement en Afrique et dans le monde, a estimé qu’il faut continuellement être dans la prévention, l’anticipation et la dissuasion. C’est la raison pour laquelle, il a donné essentiellement les moyens à nos armées pour répondre à ces défis sécuritaires multiformes qui peuvent menacer notre pays et mettre en cause sa stabilité », explique le ministre des Forces Armées.

Le 32e Bataillon à Ourossogui sera fort de plus de 700 personnes

« En venant ce matin à Ourrossogui, ce cœur du Fouta, nous avons pu voir vibrer les populations au rythme des voix de différentes personnes qui se sont réunies autour de nous aujourd’hui, que les enjeux sécuritaires ont été bien compris par ces populations. La bonne nouvelle et la grande nouvelle, c’est de vous dire, aujourd’hui, la Compagnie du deuxième Bataillon de Saint-Louis vient d’être érigée en Bataillon qui s’appelle dorénavant le 32e Bataillon ici à Ourrossogui qui sera fort de plus de 700 personnes. C’est un événement majeur qui n’est pas seulement sécuritaire, mais qui est économique, social et culturel. D’ores et avant, Ourossogui ne sera plus la même ville que nous connaissons. Il y aura un mouvement d’ensemble au sein de la population qui va permettre une grande activité économique suivie d’autres activités », a fait savoir Sidiki Kaba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici