L’ancien ministre Samuel Sar a été viré du conseil d’administration de la Société Africaine de raffinage (Sar) où il représentait en même temps Khadim Ba Locafrique, l’ancienne actionnaire majoritaire. Trois nouveaux administrateurs ont été installés parmi lesquels le père de Khadim Ba, patron de Carrefour Automobile. Il s’agit là du prolongement de la guerre larvée pour le contrôle de Locafrique entre Khadim Ba et son père. Dans une première ordonnance du juge, Amadou Bâ s’était fait attribuer la majorité de parts sociales de Locafrique pour devenir de fait le Pca. Mais le 13 mars dernier, une autre ordonnance est venue remettre en cause la décision. Conséquence : la Cour d’appel devrait arbitrer le 6 avril prochain. Avant cette date, le Conseil d’administration est convoqué en session extraordinaire par son Pca Diène Faye pour installer les nouveaux administrateurs devant remplacer Khadim Bâ démissionnaire et Samuel Sarr. Pourtant l’avocat de Khadim Bâ, Me Seydou Diagne, invoquant l’ordonnance du juge, a fait opposition via huissier pour empêcher la tenue du conseil d’administration qu’il juge illégal. Au demeurant, pour Khadim Bâ et Cie, les changements intervenus hier sont illégaux. Mieux, ils soulignent « la collusion suspecte entre Diène Faye, Serigne Mboup et Amadou Bâ (père de Khadim Bâ) risque d’entraîner la Sar dans l’impasse ». Les administrateurs déchus fondent leur opinion sur le fait que Diène Faye, Pca de la Sar et ancien directeur général de l’hydraulique, et le Directeur général Serigne Mboup ont eu récemment des altercations houleuses avec Khadim Bâ, Président directeur de Locafrique suite à la découverte d’un gap de 52 milliards.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici