DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Répression des défenseurs des droits de l’homme en Mauritanie: ces chiffres qui alarment

0

C’est ressorti dans le rapport de Amnesty International. Selon le document intitulé « Une épée au dessus de nos tête », « les défenseurs des droits humains mauritaniens qui dénoncent la discrimination et l’esclavage sont de plus en plus réprimés ». Et des études menées par Amnesty international, entre juin 2014 et janvier 2018, en attestent.

Selon le rapport partagé ce matin avec la presse, 43 000 personnes  seraient des esclavages malgré le fait que « l’Etat mauritanien nie l’existence de l’esclavage et refuse de produire des données sur la discrimination radicale ». Il est aussi ressorti du document que 50% des haratine vivaient de fait dans des conditions d’esclavage en 2014 soumis à la servitude ou au travail sous contrainte.

Depuis 2014, il y aurait au moins 168 arrestations de défenseurs des droits humains dont certains comme Moussa Biram et Abdallahi Matallah « sont détenus dans une prison isolée où ils n’ont que des contacts limités. Et le cas du blogueur et militant Mohamed Mkhaitir qui a été condamné à mort pour avoir critiquer l’instrumentalisation de l’Islam aux fins de légitimer certaines pratiques discriminatoires existant dans leur pays. Bien que la cour d’appel ait annulé le verdict, il reste toujours en prison où il a fait 1538 jours.

A ces chiffres qui en disent assez sur la situation en Mauritanie, s’ajoutent d’autres tels que, 15 membres du collectifs des veuves arrêtées lors de la journée nationale de l’indépendance, alors qu’elles distribuaient des tract pour la vérité, justice et réparation pour les homocides illégaux et les exécutions extrajudiciaires de leurs proches, commises entre 1989 et 1991, 17 défenseurs des droits humains ont été victimes de torture et de mauvais traitement entre 2014 et 2017, et aussi les nombreux refus d’autorisation, par l’Etat, estimés à 43, d’association d’exercer leurs activités.

Assez de preuves de la véracité de la répression dont fait l’objet les défenseurs de droits de l’homme ressorti dans le rapport présenté ce matin aux journalistes par Alioune Tine, Directeur régional de Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du centre, et ses collègues qui ont aussi souligner les autres cas de virulentes campagnes de dénigrement, d’agressions, de menaces de mort contre ces derniers et qui sont souvent impunies.

 

Par mounamak

laissez un commentaire