S'Informer devient un plaisir

Quatre hommes et une femme vont être exécutés avant la fin du mandat de Donald Trump

0

Malgré la défaite de Donald Trump, son administration va faire appliquer les peines capitales prononcées dans les prisons fédérales du pays. Quatre hommes et une femmes devraient ainsi être exécutés avant la fin du mandat présidentiel.

La grande majorité des exécutions relève de la compétence des États. Ils sont encore 28 (sur 50) à maintenir la peine capitale dans leur législation. Au total, si 2.591 condamnés attendent leur tour dans le couloir de la mort, “seuls” sept d’entre eux ont été exécutés cette année: trois au Texas, un en Alabama, un en Géorgie, un dans le Missouri et un autre dans le Tennessee. Or, le tribunal fédéral, sous la tutelle du ministre de la Justice, peut également prononcer une condamnation à mort. Il ne l’avait plus fait pendant 17 ans… jusqu’à l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche. Son administration a procédé à 8 exécutions cette année, soit plus que dans le reste du pays.

L’arrivée de Joe Biden au pouvoir devrait coïncider avec une interruption des exécutions fédérales. Le nouveau président des États-Unis devrait d’ailleurs encourager les États à en faire de même. Or, avant de passer la main, le ministère fédéral de la Justice a bien l’intention de finir le “travail”. Cinq condamnations à mort sont ainsi prévues, dont deux moins d’une semaine avant la prestation de serment de Joe Biden. Jusqu’à Donald Trump, la tradition voulait que les exécutions soient interrompues pendant la période de transition. Ce n’était en effet plus arrivé depuis 1885.

Bien que les détenus blancs (22) et noirs (24) condamnés à mort soient presque aussi nombreux dans les prisons fédérales, quatre exécutions imminentes sur cinq concernent des Afro-Américains. La cinquième condamnée est une femme blanche. Le gouvernement fédéral n’a prononcé la peine capitale à l’égard d’une femme blanche que trois fois au cours de son histoire. La dernière remonte à 1953.

Lisa Montgomery a été condamnée à la peine capitale en 2008 pour avoir tué une femme enceinte et lui avoir arraché son bébé.

En 2004, Lisa Montgomery avait confié à ses proches qu’elle était enceinte, alors qu’elle avait subi une procédure de stérilisation quelques années auparavant. En décembre, elle avait contacté Bobbie Jo Stinnett, une jeune femme de 23 ans enceinte de 8 mois, en prétextant vouloir acheter un chiot d’une portée que cette dernière avait annoncée sur les réseaux sociaux. Lisa Montgomery, 36 ans à l’époque des faits, s’était rendue chez elle dans le nord-ouest du Missouri, avant de l’étrangler à mort et de lui retirer son bébé. Elle était ensuite rentrée chez elle et avait tenté de faire passer cet enfant pour le sien.

Selon ses avocats, elle souffrirait de “graves troubles mentaux” provoqués par les violences subies lorsqu’elle était enfant.

Alfred Bourgeois (56 ans) a été condamné à mort pour avoir torturé et assassiné sa fille de deux ans et demi et Cory Johnson (52 ans) pour sept meurtres liés au trafic de drogue.

Brandon Bernard (40 ans) a été condamné à mort pour avoir participé à un vol lors duquel deux personnes ont trouvé la mort. L’un d’eux a perdu la vie dans des circonstances atroces, enfermé dans le coffre d’une voiture à laquelle Brandon Bernard avait bouté le feu. Ce jugement est sujet à controverse, car c’est un complice de Brandon qui aurait abattu les deux victimes. Le condamné avait alors prétendu qu’il était persuadé qu’elles étaient mortes avant d’incendier le véhicule.

Le cas du dernier condamné, Dustin Higgs, 48 ans, alimente encore davantage le débat. Il a été condamné pour avoir commandité trois meurtres mais cette accusation repose essentiellement sur le témoignage d’un seul autre accusé. L’exécutant a quant à lui été condamné à la réclusion à perpétuité.

Dans son argumentaire contre la peine de mort, Joe Biden insiste sur le risque de condamner définitivement un innocent. Un sort tragique qu’ont connu 172 détenus américains depuis 1973. Plus de la moitié de ces condamnés à mort, finalement innocentés à titre posthume, étaient des Afro-Américains…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.