S'Informer devient un plaisir

Quand manger des oeufs

0

Atout santé pour certains et menace en puissance pour d’autres, l’œuf fait débat. Peut-continuer à en manger sans craindre les problèmes cardiovasculaires ou d’augmenter le risque de diabète? Tour d’horizon des avis sur la question.

Des protéines parfaitement équilibrées, des antioxydants, des oméga 3 et un goût inimitable sous toutes leurs formes : les œufs sont nos amis. D’ailleurs, les Français en mangent plus de 200 par an et par habitant. Le problème ? Du fait de leur haute teneur en cholestérol, ils augmenteraient considérablement les risques cardiovasculaires.

Alors, faut-il continuer à manger des omelettes ou pas ? On fait le point sur un débat complexe qui fait rage depuis de nombreuses années.

CEUX QUI DISENT OUI
Selon une étude menée en chine entre 2004 et 2008 et publiée par le British Medical Journal, vous pouvez continuer à manger des œufs les yeux fermés. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’une consommation quotidienne permettrait de réduire de 18% le risque de maladie cardiovasculaire. Mieux encore : ils feraient également diminuer le risque d’AVC de 26% et celui de souffrir d’une cardiopathie ischémique (soit une insuffisance cardiaque liée à des artères partiellement bouchées) de 28%.

Et ce n’est pas tout. Selon une autre étude, publiée par l’American Journal of Clinical Nutrition en 2018, le fait de manger une douzaine d’œufs par semaine n’augmenterait pas non plus ces risques chez les personnes souffrant de diabète de type 2 ou de pré-diabète. « Si les œufs sont riches en cholestérol alimentaire […] cette étude soutient les recherches existantes qui montre que leur consommation a peu d’effet sur les niveaux de cholestérol dans le sang », expliquait alors le Docteur Nick Fuller, pilote de l’étude.

Intégrés dans une alimentation saine (c’est à dire sans graisses saturées), les œufs et leurs micronutriments pourraient même, selon l’expert, « aider à réguler les apports en graisses et en glucides, favoriser les grossesses sereines et améliorer la santé des yeux, des vaisseaux sanguins ou du cœur. »

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, donc ? Pas si sûr.

CEUX QUI DISENT NON
Si le lien entre consommation d’oeufs et augmentation du risque de cholestérol est souvent débattu, uUne étude menée récemment par l’université d’Australie du Sud, révèle que les personnes qui consomment régulièrement un ou plusieurs oeufs par jour augmenteraient aussi leur risque de diabète. Conduite en partenariat avec la China Medical University et l’Université du Qatar entre 1991 et 2009 auprès de 8545 adultes âgés de 18 ans et plus, c’est la première étude qui évalue la consommation d’œufs dans un aussi large échantillon de personnes. Elle indique qu’une consommation d’oeuf quotidienne augmente le risque de diabète de 60%.

Publiée dans le Journal of American Medical Association en mars 2019, une autre étude récente affirme que le fait de consommer 300 mg de cholestérol alimentaire par jour (un œuf en contient environ 186 mg en moyenne) augmenterait de 17% les risques de développer une maladie cardiaque.

Un constat qui fait débat aux Etats-Unis, puisque même les auteurs de la recherche reconnaissent les limites de leur méthode, basée sur les souvenirs alimentaires de ses 30 000 participants. D’autre part, le Professeur Andrew Mente, à la tête du programme d’épidémiologie du Population Health Research Institute, explique ceci à Runner’s World: « L’hypothèse principale est que les œufs augmentent votre mauvais cholestérol, et que plus vous en mangez, plus il est mauvais. Mais en annexe de l’étude, on trouve une note indiquant que l’augmentation de la consommation d’œufs est liée à une réduction du LDL, le mauvais cholestérol. Il semble qu’il y ait une contradiction avec les résultats. »

Bref, vous l’aurez compris, les plus grands spécialistes de la question n’étant pas nécessairement d’accord entre eux, le mieux est encore de continuer à manger des œufs, mais avec modération.

LESQUELS CHOISIR ?
Le contenu de l’oeuf dépend de l’alimentation des poules et de leurs conditions de vie. Il faut, sans hésitation, préférer les oeufs de poules bio ou élevées en plein air qui peuvent être jusqu’à deux fois plus riches en bons acides gras et contenir trois fois plus de vitamines. Vous pouvez aussi choisir des oeufs de la filière Bleu-Blanc-Coeur, issus de gallinacés nourris avec des graines de lin, et très riches en acides gras oméga 3 et autres acides gras insaturés bénéfiques.

Comment choisir ? Il faut regarder le premier numéro du code indiqué sur la coquille. 0 = bio ; 1 = de poule élevée en plein air ; 2 = de poule élevée au sol ou en volière ; 3 = de poule élevée en cage (batterie). La mention « extra frais » peut être utilisée jusqu’au 9e jour après la ponte (avec la date de ponte et la date limite de 9 jours apposées sur l’emballage).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.