DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Pr. Ismaïla Madior Fall, persona non grata à l’IFAN

0

Les déboires s’enchainent pour l’ex-ministre Ismaila Madior Fall. Après avoir perdu le Pouvoir, le professeur est indésirable à l’IFAN.

Le Syndicat Unique des Enseignants du Sénégal (SUDES) – Section de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), s’oppose au « parachutage » du Pr. Agrégé de Droit public et Sciences Politiques Ismaïla Madior Fall à l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN) Motif invoqué ? Ils accusent le recteur Ahmadou Aly Mbaye, « dont le mandat arrive très bientôt à échéance », de violer le décret n° 84-1184 du 13 octobre 1984 portant organisation et fonctionnement de l’Ifan.

Dans une note, le SUDES/ESR-Section de l’Ucad de Dakar dit non à « la velléité d’affectation par le recteur de l’UCAD de M. Ismaila Madior Fall, professeur titulaire de droit public, à I’IFAN Cheikh Anta Diop en violation du décret n° 84-1184 du 13 octobre 1984 portant organisation et fonctionnement de l’Institut ». Le SUDES/ESR tient à informer la communauté universitaire et l’opinion nationale de sa profonde préoccupation sur cette « tentative désespérée » de Ahmadou Aly Mbaye qui, « encore une fois, tente de fouler aux pieds les dispositions légales en vigueur dans notre institution » en essayant « de caser un ancien ministre ».

Ce qu’il considère « de facio comme un détournement des procédures et des règles d’affectation du personnel d’enseignement et de recherche (Per) comme stipulé dans les articles 8 et 24 du décret susmentionné ». Selon le syndicat, cette affectation « serait effectuée sans consultation préalable des instances de l’IFAN qualifiées en la matière ».

Aussi, « dans une optique d’optimisation des ressources humaines telle que pronée par les nouvelles autorités », les syndicalistes estiment que le dernier ministre Directeur de cabinet en poste du président sortant Macky Sall « serait beaucoup plus utile à sa faculté d’origine qu’il connaît très bien et où l’attendent d’importantes tâches d’enseignement et d’encadrement dans un contexte de déficit de Per ».

Considérant que « la désinvolture avec laquelle le recteur agit en matière de recrutement et d’affectation du Per nuit gravement à l’intégrité de l’Ucad et à la confiance de la communauté universitaire dans les processus de gestion des ressources humaines », le syndicat a exigé une enquête immédiate sur les circonstances entourant cette velléité d’affectation et sur les personnes impliquées dans cette manœuvre illégale ».

Il a aussi exigé le respect strict des procédures d’affectation, conformément à la législation en vigueur ainsi que le maintien du concerné à son poste initial, à la faculté de sciences juridiques et politiques jusqu’à ce que toutes les procédures légales aient été correctement suivies ». Enfin, il s‘est dit déterminé à défendre les règles de fonctionnement de notre université, les droits des collègues et à s’assurer que les principes de justice et d’équité y sont respectés tout en encourageant ses militants ainsi que l’ensemble de la communauté universitaire à « rester mobilisés et solidaires pour faire barrage à cette énième tentative de violation des textes de l’université par son recteur ».

laissez un commentaire