DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Plus de trois millions de filles pas accès à l’éducation en Afrique

0

On pouvait éviter la mort de 2800 personnes dans le monde grâce à l’éducation de qualité. C’est du moins la conviction de la Directrice exécutive de ONE, Rudo Kwaramba Kayombo qui prenait part ce jeudi à à Dakar à la cérémonie d’ouverture de la Conférence mondiale sur l’éducation. Selon lui, 3,6 millions de filles n’ont pas accès à l’éducation en Afrique.

Selon lui, « le monde fait face à une crise mondiale de l’éducation. Aujourd’hui, 130 millions de filles, n’ont pas accès à l’école dans le monde. De plus une analyse de ONE, montre qu’on pourrait éviter le décès de 2800 personnes par jour si on améliorait l’accès à une éducation de qualité ».

Rudo Kwaramba, a aussi renseigné que cette conférence a pour objectif de mobiliser 3,1 milliards de dollars de la part des pays donateurs. Ainsi espère-t-il : « 26 millions d’enfants de plus auront la chance de terminer leurs études, 1,7 million d’enseignants, recevront une formation, et 23 salles de classes seront construites. En Afrique, il y’a 3,6 millions de filles qui n’ont pas accès à l’éducation. Et c’est une grande perte pour le continent car quand on éduque une fille, on éduque tout un peuple. L’objectif est aussi que les pays en développement augmente la part de leur budget national alloué à l’éducation pour atteindre au moins 20% ».

Faisant le plaidoyer pour le financement de l’éducation des enfants, Rudo Kwaramba Kayombo a laissé entendre que: « depuis dix ans le financement de l’éducation a baissé de 20 à 10 %. Et aujourd’hui ONE est là pour dire qu’il faut respecter les engagements. Par contre le Sénégal met 24% de son budget annuel ».

Saluant le leadership du Sénégal, Rudo Kwaramba Kayombo invite les bailleurs à mettre les moyens pour les pays en développement pour qu’ils accèdent l’objectif de 20% ».

« De plus l’éducation a des effets directs et indirects sur l’économie, la santé et la réduction de la mortalité. Les pays où l’accès à l’éducation pour les filles est plus important, sont plus prospères, plus stables et leur population est en meilleure santé », conclue la directrice exécutive de ONE.

Cheikh Oumar Guèye

laissez un commentaire