DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Pétrole de Sangomar : Le début de la commercialisation du premier cargo prévu en juillet

0

Selon le Document de programmation économique et budgétaire pluriannuelle (Dpbep), la première cargaison commerciale issue du champ pétrolier de Sangomar est prévue en début juillet. Il est prévu une production annuelle de 11,7 millions de barils de pétrole brut pour 2024, dont un volume de 4,34 millions de barils destiné au marché domestique.

Le Sénégal a entamé, le 11 juin dernier, l’exploitation de son pétrole issu du champ de Sangomar. Ainsi, selon le Document de programmation économique et budgétaire pluriannuelle (Dpbep), rendu public vendredi dernier, la première cargaison commerciale est prévue en début juillet. L’exploitation du champ de Sangomar permettra de récupérer près de 630 millions de barils de pétrole et 2,4 Tcf de gaz naturel (associé et non associé) dans le cadre d’un futur développement (phase future). Le concept de développement choisi est constitué d’une unité flottante de production, de stockage et de déchargement (Fpso) rattachée à une architecture sous-marine de collecte et de transport des hydrocarbures. À ce titre, il est prévu une production annuelle de 11,7 millions de barils de pétrole brut pour 2024, dont 4,34 millions de barils destinés au marché domestique. Selon le Dgpeb, pour l’ensemble des réserves d’hydrocarbures au Sénégal, les projections de recettes issues de leur exploitation tablent sur un montant global de 576,3 milliards de FCfa. Les recettes pour l’année 2025 sont estimées à 127,7 milliards de FCfa, 205,4 milliards pour 2026 et 243,2 milliards pour 2027. Pour ce qui est des dépenses prévues, les recettes des hydrocarbures financent principalement des dépenses d’investissement prioritaires inscrites dans le Programme d’investissements publics (Pip). Elles peuvent également financer des dépenses courantes, particulièrement celles à caractère social, à l’exception des dépenses relatives aux salaires et traitements. À cet effet, indique le document, les charges afférentes aux recettes vont couvrir les dépenses consacrées aux priorités du gouvernement à travers les domaines de concentration relevant notamment des secteurs de la santé, de l’éducation, de l’eau et de l’assainissement. Pour cette période, l’impact de l’exploitation des hydrocarbures sera aussi ressenti sur la croissance du pays.

Impact sur la croissance
Dans son rapport sur la situation économique du Sénégal, la Banque mondiale souligne que le Pib nominal devrait augmenter, en 2024, de 12,8 %, lorsque le pétrole commencera à couler à Sangomar. Quant à la croissance réelle, elle devrait passer de 3,8 % en 2023 à 7,1 % en 2024, puis à 9,7 % en 2025. Toujours selon l’institution de Bretton Woods, l’exploitation des hydrocarbures devrait favoriser l’augmentation de l’investissement public. Il devrait également alimenter la mise en œuvre de la stratégie « du gaz à l’électricité » qui, à terme, se traduirait par une électricité moins chère, une compétitivité accrue et une croissance stimulée ».

De son côté, le Fonds monétaire international (Fmi) estime que l’exploitation pétrolière aura des impacts sur la croissance avec une évolution à 10,1 % en 2025. Selon son chef de mission à Dakar, Gemayel Edwards, le déficit élevé du compte courant devrait également se réduire en 2024-2025, reflétant l’impact du démarrage de la production d’hydrocarbures et les efforts d’assainissement budgétaire.

laissez un commentaire