S'Informer devient un plaisir

Pamecas: Comment les marchés ont été détournés

0

Des scandales hors normes ont été aussi décelés par les auditeurs dans le cadre des attributions de marchés et des contrats signés. En 2018, l’Um Pamecas a lancé un appel d’offres pour le réaménagement des locaux de la Direction générale. Les auditeurs, en fouillant la procédure notamment lors du dépouillement, se rendent compte que quatre membres ont siégé à la commission qui était dirigée par la Directrice générale des finances et de la comptabilité. Ainsi il a été constaté par la mission une entorse au manuel des procédures administratives, financières et comptables qui précise que la commission des marchés doit être composée d’au moins cinq responsables et dirigée par le Dga ou le contrôleur de gestion.

Lotechnic Groupe Suarl encaisse une avance de 9 millions sans fournir une caution…

Toujours dans l’exécution des marchés publics, les auditeurs ont révélé aussi l’absence de caution de bonne exécution avant le paiement de l’avance de démarrage. En effet l’Um Pamecas a payé une avance de démarrage à Lotechnic Groupe Suarl, le 6 mars 2019, dans le cadre de l’exécution du contrat de travaux de réaménagement des locaux de la Direction générale. Cette transaction d’un montant de 9.821.482 F Cfa TTC, représentant 40%  du coût global du marché, n’a pas respecté les clauses du contrat, plus précisément l’article 6 qui dispose: «le règlement de l’avance de démarrage est assujetti à la production d’une caution de bonne exécution d’un montant équivalent provenant d’une institution d’émission de garantie dûment agréée».  Sur ce cas précis, en lieu et place de la caution de bonne exécution, Lotechnic Groupe Suarl a fourni une attestation de capacité financière qui ne peut, en aucun cas, être substituée à la caution de bonne exécution. D’ailleurs, font savoir les auditeurs, l’existence de cette caution aurait pu permettre à l’Um-Pamecas de faire face à la défaillance de Lotechnic qui s’est retrouvée, par la suite, dans l’incapacité d’honorer ses obligations contractuelles.

…Technobat hérite du marché sans appel d’offres

Pis, après la défaillance de Lotechnic dans l’exécution des travaux d’aménagement du siège, les travaux restants ont été confiés à Technobat pour un montant de 4.909.109 F Cfa TTC avec une absence d’appel d’offres. Alors que les marchés dont les montants sont compris entre 2 et 15 millions F Cfa, doivent faire l’objet d’une procédure de consultation restreinte. De plus, un avenant sur le marché de 5.689.443 F Cfa a été signé le 30 avril 2020 portant ainsi le marché à 10.598.552 F Cfa. La mission d’audit renseigne que des travaux supplémentaires d’un montant de 13.091.790 F Cfa TTC ont été réalisés sans la prescription d’un ordre de service du Directeur général ; or, il est clairement stipulé dans le contrat que «les travaux supplémentaires sont exclusivement prescrits par ordre de service».

Pamecas contracte un marché de gré à gré avec un fournisseur non agréé

Le rapport renseigne aussi que le 6 juin 2019, l’Um Pamecas a signé un contrat avec la société Suricate Solutions Sénégal, avec effet rétroactif au 1er octobre 2018, pour la mise en place d’un centre opérationnel de Cybersécurité. Ledit contrat a été signé par entente directe avec l’ex Directeur général huit mois après le début des prestations. En sus, poursuivent les auditeurs, après avoir effectué plusieurs versements d’un montant cumulé de 63 millions, ledit contrat a été résilié, à cause du déploiement probable du nouveau Système informatique de gestion.

Un dépassement de plus de 400 millions…

Dans le cadre de l’acquisition d’une nouvelle solution (ERP SAB AT) en remplacement de SAF 2000, l’Um-Pamecas a signé une convention avec la Confédération des institutions financières de l’Afrique de l’Ouest (Cifao). A cet effet, l’Union s’est engagée à verser une contribution d’un montant global de 1.561.538.560 F Cfa dont 510.221.547 F Cfa pour la configuration du volet finance islamique. Cependant, un dépassement de 471.282.326 F Cfa sur le montant de la contribution initiale a été noté alors que le déploiement du logiciel n’est pas encore effectif. De plus, l’Um-Pamecas ne dispose pas d’avenants pouvant motiver les décaissements supplémentaires. En décembre 2018, l’Union a subi une attaque cybercriminelle avec un impact financier de près de 26 millions F Cfa. Cet incident n’est ni détecté par Suricate SS, ni mentionné dans ses rapports transmis durant le mois concerné.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.