L’homme d’affaires Matar Diène se trouve au cœur d’une rocambolesque affaire de détournement d’indemnités d’expropriation destinées à des familles expropriées par l’état.

Il a été discrètement placé sous mandat de dépôt par le juge du huitième cabinet, Mamadou Seck, pour escroquerie et blanchiment de capitaux. ce, à la suite d’une enquête de la redoutée et redoutable section de recherches qui l’a cueilli et interrogé sous le régime de la garde à vue.
Mais que s’est-il passé ? des sources autorisées renseignent que l’état du Sénégal avait, dans le passé, exproprié des terres au niveau de Grand médite dans le cadre de la construction de l’actuel stade Léopold Sédar Senghor. les familles concernées avaient entamé plusieurs procédures et recours avant que l’Etat n’accepte de les indemniser à hauteur de 1.084.240.000 fcfa. le site en question concernait le titre foncier numéro 15999/Nga appartenant à dix parties : l’Etat du Sénégal, Seyni Ndoye, Meissa Gaye, moussa Gaye, Aminata Mbaye, Rokhaya Gaye, Khary Paye, Awa Paye, Khary Diagne paye et Fatoumata Paye. plu- sieurs des propriétaires ne sont plus de ce monde. Feue Rokhaya Gaye par exemple est la maman de feu Assane Faye père des plaignants qui ont saisi le procureur de la république avant l’entrée en action des gendarmes.

En effet, certains des héritiers avaient donné une procuration à Ibrahima Guèye Thiandoum pour percevoir leurs indemnités auprès du receveur de Ngor-almadies afin de les distribuer aux ayants droits. d’autres avaient mandaté feu Assane Faye mais, pour une meilleure gestion du dossier, le défunt avait tout confié à ibrahima Guèye Thiandoum.

Suite à un premier versement de 100 millions de fcfa, il y a eu une divergence entre le mandataire et les mandants qui l’ont révoqué en faveur de Matar Diène.

En effet, à côté de ses autres activités, Matar Diène était aussi comme mandataire dans des affaires d’expropriation foncière. d’ailleurs c’est lui qui avait porté plainte contre Tahirou Sarr, au nom des héritiers de feus Rokhaya Thiaw, Mamadou Ndoye et Thierno Thiaw, qui contestaient avoir cédé à ce dernier leur créance sur l’Etat résultant de l’expropriation du Tf 6374/dg devenu 1838. Nga d’une superficie de 32.870 mètre carré. une plainte déclarée irrecevable par le juge qui avait estimé qu’il n’y avait aucune preuve pouvant at- tester que Matar digne agissait au nom des héritiers.

Depuis le dernier versement en date de 2017, il fait le mort

N’empêche pour ce cas, Matar Diène a perçu, successivement, deux versement de 200 millions de fcfa chacun et un troisième versement de 50 millions de fcfa, soit la somme totale de 450 millions de fcfa. il se trouve que depuis le dernier versement, qui date de 2017, les héritiers n’ont rien perçu et, malgré toutes les mises en demeure, Matar Diène faisait le mort. pire, les héritiers jurent n’avoir jamais fait de procuration à Matar Diène mais plutôt à leur cousin du nom d’El Hadji Abdoulaye Faye. la grande question est maintenant de savoir comment l’etat a pu verser 450 millions de fcfa à un intermédiaire sans payer directement les ayant droits.

L’instruction risque de faire ressortir une chaine de complicités qui ne dit pas son nom d’autant que Matar Diène aurait perçu, presque dans les mêmes circonstances, d’autres montants auprès d’autres héritiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici