DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Octobre Rose: la Lisca dresse son bilan,  » notre objectif était de subventionner 3000 mammographie… »

0

Placée cous le thème, « La place de la mammographie dans la détection précoce du cancer du sein », la campagne « Octobre Rose » s’est achevée ce mardi. Une occasion pour la Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer (Lisca) de revenir, au micro de ThieyDakar, sur le bilan d’un mois de sensibilisation d’activité de dépistage. Un quotidien de la Lisca qui s’intensifie pendant ce mois consacré aux cancers dit « féminins ».

Le dépistage précoce, l’une des priorités de la Lisca…

Selon la Ligue sénégalaise de lutte contre le cancer (Lisca), 2000 cas de cancer du sein et plus de 1100 cas de cancer du col de l’utérus sont détectés chaque année, avec souvent des malades qui arrivent dans les structures sanitaires dans un stade avancé, d’où l’impossibilité de les traiter efficacement.

Assez pour eux de veiller à ce que les personnes aient la culture du dépistage précoce afin que les malades puissent être pris en charge très tôt et ainsi avoir la chance de pouvoir guérir complétement. C’est en ce sens que la Lisca qui a pour but de développer toutes formes de lutte contre le cancer au plan social, sanitaire et de la recherche, accorde une place de taille au dépistage pour toutes les femmes d’un certains âges ou ayant des facteurs de risque de contraction de la maladie.

Ainsi, ayant pour objectif de subventionner 3000 mammographies et examiner 3000 femmes à la campagne de dépistage du cancer du sein, organisée en partenariat avec les radiologues privés, la Lisca proposait durant tout le mois d’octobre une mammographie à double lecture à  50% de moins que le prix habituel, c’est à dire 15 mille FCFA pour toutes les femmes âgées de 40 à 74 ans.

Et des séances de consultations ont été organisées le 7 octobre au niveau de la LISCA, le 28 octobre également au niveau du stade Léopold Sédar Senghor, et d’autres endroits tels que Touba et Tivaouane ou en partenariat avec certaines organisations.

Le cancer, ce tueur silencieux et… très coûteux!

Selon une récente étude, le cancer, maladie très couteuse aussi bien psychologiquement que financièrement, est devenu la première cause de mortalité dans certains pays, notamment d’Europe, devant les maladies cardiovasculaires considérées comme la première cause de mortalité dans le monde par l’Organisation mondiale de la santé.

Au Sénégal, selon les estimations, le cancer serait la deuxième cause de décès chez les adultes et le cancer du sein tuerait plus que le paludisme et le sida et environ deux cas décès causés par le cancer sont enregistrés par jour, soit prés de 800 décès sur les 1000 à 1200 malades détectés par année .

faute de traitement convenable, à cause de la cherté des soins liés à la maladie, beaucoup de malades sont condamnés à mourir chez eux avec des douleurs sévères qui pourtant, peuvent être évitées grâce au traitement de la chimiothérapie.

Pour cause, alors que le salaire moyen du sénégalais est de 152.315 francs CFA, le coût minimum d’un traitement du cancer est de 2.250.000 francs CFA. En détail: 1 million de francs CFA pour la chimiothérapie, 300.000 francs CFA pour la chirurgie, 150.000 pour la radiothérapie et 300.000 franc CFA pour le bilan, entres autres soins.

Éternelle revendication des malades, familles de malades et activistes de la lutte contre le cancer, la prise en charge des malades du cancer par l’Etat du Sénégal.

 

Par mounamak pour ThieyDakar

laissez un commentaire