DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Mugabe refuse de démissionner lors de discussions avec l’armée (source proche des militaires)

0

La situation reste inchangée ce jeudi au Zimbabwe après la prise de contrôle de la capitale Harare par les militaires mercredi. Les Zimbabwéens restent confrontés à un avenir incertain alors que le président Robert Mugabe et son épouse Grace sont détenus dans leur palais surnommé “Blue Roof” située dans la capitale zimbabwéenne.

Mugabe refuse de démissionner lors de discussions avec l’armée

Le président du Zimbabwe Robert Mugabe, 93 ans, au pouvoir depuis trente-sept ans, a refusé de démissionner après le coup de force militaire, lors d’un entretien jeudi avec des généraux, a dit à l’AFP une source proche de l’armée.

“Ils se sont rencontrés aujourd’hui (jeudi). Il a refusé de démissionner, je pense qu’il essaie de gagner du temps”, a déclaré cette source.

Le chef de l’opposition appelle à la démission de Mugabe

Le chef de l’opposition au Zimbabwe, Morgan Tsvangirai, a appelé jeudi son rival historique, le président Robert Mugabe, à démissionner à la suite du coup de force de l’armée qui l’a assigné à résidence dans la nuit de mardi à mercredi.

“Dans l’intérêt du peuple zimbabwéen, Robert Mugabe doit démissionner”, a déclaré le chef du Mouvement pour le changement démocratique (MDC) lors d’une conférence de presse à Harare. Appelant de ses voeux la mise en place d’un “mécanisme de transition” en vue d‘élections libres, il a précisé ne pas avoir été contacté par les militaires à ce sujet.

Mugabe résiste à la pression militaire

Robert Mugabe insiste sur le fait qu’il reste le seul dirigeant légitime du Zimbabwe et s’oppose à la médiation d’un prêtre catholique pour organiser sa mise à l’écart, a déclaré une source proche des services de renseignement à Reuters ce jeudi.

Le prêtre, Fidelis Mukonori, joue les intermédiaires entre Robert Mugabe et les responsables militaires, alors que l’armée cherche une “transition sans effusion de sang” vers un nouveau gouvernement.

Le chef de l’État estime qu’il ne peut être démis de ses fonctions que par un vote de la direction de la Zanu-PF, le parti au pouvoir

L’ancien ministre des Finances heureux de travailler avec les militaires

L’ancien ministre des Finances du Zimbabwe, Tendai Biti, a révélé ce jeudi qu’il serait heureux de coopérer avec tout gouvernement issu de la prise de contrôle militaire de cette semaine, mais seulement si le leader de l’opposition Morgan Tsvangirai était également à bord.

“Si Morgan dit qu’il y va, j’y vais aussi”, a déclaré M. Biti à Reuters. “Le pays a besoin de solides mains pour ne pas avoir le choix.”

Bras droit de Tsvangirai et artisan de la reprise économique au Zimbabwe, M. Biti a été ministre des Finances entre 2009 et 2013.

laissez un commentaire