DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Mouna, Mouzdalifa, Arafat: Le parcours du combattant des pèlerins en Arabie Saoudite

0

Mouna, Mouzdalifa, Arafat. Ces noms sont évocateurs du dernier parcours des pèlerins présents en Arabie Saoudite et qui débute, aujourd’hui. Sur quatre à cinq jours, les « invités d’Allah » seront partagés dans des actes d’intenses dévotions.

De notre envoyé spécial El Hadj Ibrahima Khaliloullah NDIAYE

Les pèlerins présents aux Lieux Saints de l’Islam entament, à compter de ce jeudi, les phases ultimes de leur voyage saint. Plus d’un million et demi de personnes devront quitter aujourd’hui la Mecque pour rallier Mouna dans la nuit de ce jeudi ou, au plus tard, le vendredi matin. « Ce premier voyage à Mouna est pour préparer la station d’Arafat. Le pèlerin doit passer la nuit à Mouna d’où il ralliera Arafat sans laquelle il n’y a pas de hajj. Une fois à Arafat, il devra y rester toute la journée du samedi avant d’aller à Mouzdalifa », explique l’arabisant Serigne Bassirou Sylla.

Les agences privées sénégalaises, convoyeuses de pèlerins, ont mis à profit leur encadrement religieux pour mieux guider les pèlerins en convoquant des rencontres d’échanges. Des étapes synonymes d’intenses moments d’adoration divine. Surtout la nuit à passer à Mousdalifa où il est déconseillé de dormir, selon l’imam Sylla. Exhortation est faite au pèlerin de prier, lire le Coran, faire des zikr (rappels d’Allah) durant cette nuit qui peut être raccourcie par un voyage précipité suivant l’arrivée des organisateurs saoudiens. C’est durant cette étape de Mousdalifa que le pèlerin est appelé à s’approvisionner en pierres qui lui serviront à lapider Satan. Si le nombre de pierres requis est de 70, il est conseillé aux fidèles de s’en procurer plus pour éviter d’éventuelles pertes ou ratés au moment du lancer.

Aussi, au lendemain de la nuit passée à Mouzdalifa, le pèlerin retourne-t-il à Mouna pour y lancer les premiers jamra qui coïncide donc avec le jour de la tabaski. Une fois la première lapidation faite, le pèlerin peut enlever sa tenue de sacralisation, mais il devra aller, pour ceux qui ont la force physique, à la Mecque pour y effectuer le jour même la « tawafoul ifada » (ou l’obligatoire circumambulation), souligne l’imam Bassirou Sylla. Les rites du pèlerinage se poursuivent avec un retour à Mouna pour les autres lapidations jusqu’à atteindre le nombre requis en deux ou trois jours.

Les médecins mettent aussi en garde contre les marches entre Mouna et Mouzdalifa, distantes de 3 km, pour les personnes âgées. Ou celles qui ont des maladies chroniques. « L’idéal est de ne pas forcer les choses et d’éviter les bousculades, de ne pas se précipiter et d’éviter de se blesser », conseille le Dr Jallo du Groupe Act at Tanime. Il est aussi demandé aux malades de se prémunir de leurs médicaments et de faire avec les conditions d’hygiène qui ne sont pas des meilleures. Une autre recommandation et non des moindres est de porter le badge pèlerin.

laissez un commentaire