Le fossé se creuse davantage, entre les différents acteurs du dialogue politique engagés dans les concertations sur le processus électoral. Leurs désaccord de la dernière rencontre sur le mode d’élection des adjoints aux maires et des vice-présidents de conseils départementaux s’étend jusqu’à l’instauration du bulletin unique et du mode d’élection des adjoints aux maires de ville, à l’issue de leur rencontre d’hier.

« Sur le mode d’élection des adjoints aux maires et des vice-présidents de conseils départementaux, on a constaté qu’on ne peut pas avoir d’accord, de même que sur le bulletin unique », confie, d’emblée, le plénipotentiaire des non-alignés Déthié Faye . Ainsi, les concertations d’hier ont fini en eau de boudin, sans qu’aucun consensus ne soit trouvé, hormis sur le mode d’élection du maire de ville.

D’un commun accord, les différentes parties prenantes ont convenu que le maire de ville soit désormais tête de liste proportionnelle de la ville. Sur le mode d’élection de ses adjoints, c’est le désaccord total. Chacune des partie a campé sur sa position de départ avec, d’une part, les non-alignés qui veulent que tous les adjoints et les vice-présidents soient élus au suffrage universel direct tout comme les maires et les présidents de conseil départementaux et, d’autre par, l’opposition et la majorité qui optent pour le statu quo, c’est-à-dire qu’ils soient élus au suffrage universel indirect comme cela a toujours été le cas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici