S'informer devient un réel plaisir

Médina : Une élève de cm2 échappe à un viol

0

Y. F. D., élève en classe de Cm2, l’aura échappé belle. Cette fille de 11 ans, qui était à un doigt de se faire kidnapper par un inconnu, a dû son salut à son ingéniosité. Abordée par un pervers qui s’était pointé au coin de la rue, à la recherche d’une proie facile, elle avait réussi à le dribbler en le faisant attendre.

En effet, elle lui avait fait croire qu’elle allait revenir, une fois après avoir déposé les condiments qu’elle venait d’acheter au marché pour sa mère. Mais, une fois à l’intérieur du domicile familial, elle s’en était ouverte à sa génitrice qui, à son tour, avait avisé le père de la fillette.

Ayant obtenu la localisation du pervers, le père a très vite repéré le mis en cause. Mais, rapporte «Bés Bi Le Jour», lorsqu’il a vu père et fille ensemble, le pervers a tout de suite compris que les carottes étaient cuites pour lui. Suffisant pour qu’il prenne ses jambes à son cou.

Mais, c’était sans compter avec la détermination du paternel de la fillette qui l’a rattrapé avant de le conduire à la police sous bonne escorte. Le quidam, qui se dit marchand, s’était pointé à l’angle de la rue 39X18, à la Médina, pour attendre une proie facile. C’est ainsi qu’il est tombé sur Y. F. D. qui revenait d’une commission de sa mère.

Se réjouissant déjà, I. Diallo a tout de suite interpellé la fille qui s’est rapprochée de lui. Il a ainsi essayé de la détourner en lui promettant de lui acheter des vêtements, mais à condition qu’elle l’accompagne au marché. Pire, il avait demandé à la fille de venir avec ses copines, afin qu’ils aillent ensemble acheter des vêtements.

Devant les enquêteurs, la fille a aussi indiqué que le pervers, qui lui avait demandé sa classe, lui avait promis un stylo pour qu’elle puisse réussir à son examen d’entrée en 6éme. En réalité, le jeune homme avait abordé la fille dans un premier temps à l’aller.

La fille, qui savait qu’elle avait affaire à un homme douteux, l’avait fait attendre, le temps d’aller faire la course de sa mère. Ce que le «marchand» a fait, restant toujours sur place et scrutant la rue. En effet, à son retour, elle a encore aperçu le pervers au même endroit. C’est ainsi qu’elle a pris ses jambes à son cou, pour aller tout raconter à sa mère.

Face aux limiers, le mis en cause a adopté le système de la dénégation, en soutenant qu’il n’avait aucune intention malsaine envers la fille. Selon lui, sa seule erreur est d’avoir interpellé la môme pour lui demander une adresse. Une version cousue de fil blanc qui ne l’a pas empêché d’être déféré au parquet pour détournement de mineure et tentative d’enlèvement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.