DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Me Khouraichi demande l’annulation de tous les actes posés par le doyen des juges

0

« L’action publique du chef de détournement pour des faits commis en 2011 est éteinte du fait de l’autorité de la chose de la jugée », renchérit-il.

Me Ousseynou Fall estime que pour qu’il y ait un procès juste et équitable, il faut que toute la procédure antérieure ait été faite dans les règles de l’art.

A ses yeux, ce dossier ne relève pas de la compétence du juge Lamotte mais de la Cour des comptes. Il a ainsi attaqué le rapport de l’Inspecteur général d’Etat. Ce corps de contrôle, dit-il, n’a pas la compétence de fouiner dans la gestion des collectivités territoriales.

« Depuis 1920 que Dakar existe, c’est la première qu’on voit l’IGE fouiller dans les comptes d’une collectivité ». Ce qui lui fait dire que Khalifa Sall est détenu arbitrairement.

« Mes clients sont en train de vivre l’arbitraire d’un régime. Il met le coude quand il veut et le lève quand il veut. Vous devrez prendre la décision de les libérer. Le monde entier vous regarde. Ce procès est suivi avec attention partout dans le monde », déclare Me Fall.

Son confrère Me Khouraichi trouve qu’en matière de comptabilité publique, Lamotte et ses assesseurs sont incompétents. « Vous ne pouvez pas être des agents d’un combat par procuration. Vous avez une excellente occasion, pour vous dessaisir de ce dossier entaché d’irrégularités », a-t-il noté à l’endroit des juges en les invitant à annuler toute la procédure et de la libérer les prévenus.

Me Ba a également demandé l’annulation de tous les actes posés par le Doyen des juges, nommé par décret alors que tous les autres magistrats sont nommés par arrêté.

Mieux, il pense que cette nomination devait être publiée dans le journal. Mais, d’après les investigations de la défense, il s’est avéré qu’il n’y a eu aucune publication dans le journal officiel.

« Tous les actes qu’il a pris dans cette procédure sont nuls et de nul effet. Et, les prévenus doivent porter plainte contre lui », martèle la robe noire.

Coordonnateur du pool d’avocats, Me François Sarr a été le dernier à prendre la parole du coté de la défense. D’emblée, il a transmis les remerciements du maire pour le travail qu’ils sont en train d’abattre.

Il estime ensuite que les vices de procédures sont nombreux et évidents. « Ce procès ne devrait pas aller plus loin. Dans ce dossier, il y a une main invisible, une main d’injustice sur l’épaule de Khalifa Sall », indique-t-il non sans demander l’annulation de toute la procédure.

laissez un commentaire