DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Mauritanie: l’ex-président Aziz va devoir expliquer sa fortune aux juges

C’est l’histoire d’une disgrâce et d’une amitié ruinée entre un ancien président et son successeur: l’ex-leader mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz est jugé à partir de mercredi sous l’accusation d’avoir abusé du pouvoir pour amasser une fortune immense.
M. Aziz devient l’un des rares ex-chefs d’Etat à répondre d’enrichissement illicite pendant les années, de 2008 à 2019, où il a dirigé ce pays charnière entre le Maghreb et l’Afrique subsaharienne, secoué naguère par les coups d’Etat et les agissements jihadistes mais revenu à la stabilité quand le trouble gagnait dans la région.
Ses pairs jugés par les justices nationale ou internationale le sont surtout pour des crimes de sang, tel, ailleurs en Afrique de l’Ouest, l’ancien dictateur guinéen Moussa Dadis Camara, à la barre depuis septembre.
Loin de la fascination guinéenne pour le procès d’un massacre perpétré 20 ans auparavant, des Mauritaniens interrogés par l’AFP manifestent un intérêt modéré, davantage préoccupés par l’inflation, résignés à la corruption des élites ou adhérant à la théorie du complot contre celui qui les gouvernait naguère.
« C’est un règlement de compte entre deux hommes qui ont fait beaucoup de choses ensemble », estime Issa Ahmed Ahmed Mouloud, étudiant de 23 ans qui attend qu’un pompiste remplisse le réservoir de sa voiture et qui fait référence à la proximité pas si ancienne entre M. Aziz et son successeur, Mohamed Ould Ghazouani.
Les uns et les autres s’attendent à ce que M. Aziz, visage rude à la fine moustache et au crâne dégarni, confirme sa réputation: batailleur, imprévisible et calculateur.
Il a d’ailleurs brandi la menace de révélations. « Si j’y suis contraint, je parlerai », disait-il en octobre 2022 au magazine Jeune Afrique.
M. Aziz, 66 ans, doit répondre, avec une dizaine d’autres personnalités -d’anciens Premiers ministres et ministres et des hommes d’affaires – d’accusations d' »enrichissement illicite », d' »abus de fonctions », de « trafic d’influence » ou encore de « blanchiment ».

laissez un commentaire
%d blogueurs aiment cette page :
Verified by MonsterInsights