DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Manganèse sénégalaise : Tous les détails sur la mafia indienne

0

L’affaire du manganèse détourné est en phase de clôture au niveau de la Division des investigations criminelles (Dic).

Selon les informations de Les Echos, les enquêteurs ont terminé leurs investigations et doivent normalement déférer les mis en cause aujourd’hui au Parquet de Dakar. Car, outre l’ingénieur, il y a une autre personne de nationalité indienne également qui a été arrêtée. Le dossier est d’une bizarrerie déconcertante. Au vu de la plainte, il apparait que les deux personnes interpellées ne sont nullement les cerveaux de cette affaire. L’on se demande même s’ils ont eu à tirer un seul profit dans cette affaire.
Leur employeur, un homme d’affaires qui vit à Dubaï, est celui qui est directement visé par la plainte. Seulement, il n’a pas mis les pieds à Dakar. Du coup, ce sont ses deux compatriotes qui risquent de subir les rigueurs carcérales. Il n’est pas la seule personne qui vit les choses de loin, puisque le plaignant qui exploite le manganèse depuis bien longtemps avec l’autorisation des autorités sénégalaises, est actuellement en Inde pour des raisons de sécurité, semble-t-il. Ce sont donc les deux dindons de la farce, dirait-on, qui paient les pots cassés.

Bizarrerie déconcertante

Pour la genèse de l’histoire, il s’agit de deux sociétés indiennes dont l’une exploite le manganèse à Kinieba au Sénégal depuis bien longtemps. L’homme d’affaires indien qui est au Sénégal a proposé à son compatriote vivant à Dubaï une cession de part sociale pour 75% ; en contrepartie ce dernier verse un milliard pour l’augmentation de la production et le traitement du minerai. Il devra verser encore 700 millions de francs en guise de fonds de roulement. L’accord est convenu en fin mars dernier. Et au mois de mai, l’ingénieur aujourd’hui arrêté est venu avec le matériel. Il informera son patron que d’après son constat, contrairement aux dires de son compatriote qui est au Sénégal, la production ne peut dépasser 3000 tonnes par mois.
C’est quasiment à cette période que l’homme d’affaires indien du Sénégal a déposé une plainte à la Dic pour vol contre son compatriote de Dubaï et ses employés qui l’auraient aidé. Il estime le préjudice à 530.000 tonnes détournés évalués à 19 milliards 800 millions. Des accusations qui, si elles s’avèrent, susciteraient de multiples interrogations et des suspicions du côté des autorités d’alors. Comment les autorités ont-pu se laisser berner au point de laisser filer autant de manganèse ? comment peuvent-elles ignorer qu’une telle quantité de manganèse est transportée dans des camions et qu’elle traverse les frontières sénégalaises et passent par le Mali pour être vendue ? A moins qu’elles n’aient volontairement fermé les yeux.

laissez un commentaire