DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Mairie de Ziguinchor : Sonko visé par un recours

0

Entre Alassane Diédhiou, cadre du parti Pastef et quatrième adjoint au maire, Bassirou Coly,  6ème adjoint, Djibril Sonko, 2ème adjoint, et Aïda Bodian, première adjointe, le successeur de Ousmane Sonko à la tête de la mairie de Ziguinchor devra être connu le 27 juin prochain.

Si pour l’heure, le nom du successeur du Premier ministre n’est pas connu, une chose reste certaine : Djibril Sonko ne devrait pas succéder au leader des «Patriotes» à la tête de la municipalité de la capitale du Sud du pays. En effet, si l’on se fie aux dispositions du Code électoral, il devrait être déclaré inéligible.

Selon Le Quotidien, c’est Mamadou Lamine Dia de l’Union centriste du Sénégal (Ucs), le parti de l’ancien maire Abdoulaye Baldé, qui a porté à l’attention de l’autorité administrative à la tête du département de Ziguinchor le cas de Djibril Sonko. Dans un document envoyé à la Préfecture de Ziguinchor, en date du 19 juin 2024, M. Dia fait mention d’un cas d’inéligibilité dans le Conseil municipal de Ziguin­chor. Il s’agit de Djibril Sonko, conseiller municipal et deuxième adjoint au maire, au regard de sa fonction de receveur-percepteur municipal.

Monsieur Dia, se basant sur l’article L277 de la loi 2021-35 du 23 juillet 2021 portant Code électoral, souligne : «Tout électeur municipal peut saisir le représentant de l’Etat ou la Cour d’appel, lorsqu’il constate un cas d’inéligibilité ou d’incompatibilité.»
D’après Mamadou Lamine Dia, l’actuel 2ème adjoint au maire de la ville de Ziguinchor, inspecteur du Trésor de son état, occupe les fonctions de receveur-percepteur municipal de la commune de Gossas.

Ainsi, le conseiller municipal, camarade du président de l’Ucs, Abdoulaye Baldé, invite-t-il invite le Préfet du département de Ziguinchor à déclarer Djibril Sonko démissionnaire du Conseil municipal de Ziguinchor, conformément à l’article L 277 qui, dans son alinéa 1er, fait mention, selon le plaignant, que «tout conseiller municipal qui, pour une cause quelconque, se trouve dans un des cas d’inéligibilité ou d’incompatibilité prévus par la loi, peut être à toute époque déclaré démissionnaire par le représentant de l’Etat, sauf recours  devant la Cour d’appel dans les 10 jours de la notification».

laissez un commentaire