DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Magal de Porokhane : les conducteurs invités à plus de prudence

0

Le gouverneur de Kaolack (centre), Alioune Badara Mbengue, invite les conducteurs à faire preuve de prudence afin d’éviter d’éventuels accidents de circulation durant le magal de Porokhane, qui se tient ce jeudi.

Le magal de Porokhane, du nom d’une cité religieuse située dans le département de Nioro, est un pèlerinage annuel dédié à Mame Diarra Bousso, mère de Cheikh Ahmadou Bamba (1853-1927), le fondateur de la confrérie musulmane des mourides.

« Nous avons pris toutes les disponibilités sécuritaires. Nous lançons un appel aux conducteurs’’ en leur demandant de faire attention. « Nous les invitons à faire preuve de plus de prudence afin d’éviter les accidents de circulation », a déclaré Alioune Badara Mbengue dans un entretien avec des journalistes.

« On a beau mettre toutes les belles routes possibles. Toutes les signalisations possibles sont mises en place. Ce qui est important pour éviter les accidents, c’est surtout le comportement des conducteurs. S’ils sont fatigués, qu’ils se reposent. Etre fatigués et continuer à conduire, cela peut mener à l’irréparable », a dit le chef de l’exécutif régional.

Selon lui, les différentes doléances exprimées en perspective du magal de Porokhane « ont connu un degré de réalisation satisfaisant ».

Il rappelle que les questions soulevées pour la bonne organisation de l’événement concernent la sécurité, l’approvisionnement en eau, l’assainissement, l’hygiène, l’électricité, la santé, les infrastructures routières.

Mercredi déjà, tous les chemins menaient à la cité de Sokhna Mame Diarra Bousso pour la célébration du magal.

La commune-carrefour de Kaolack, notamment, est prise d’assaut par des centaines de véhicules en partance pour Porokhane, une localité située à quelques kilomètres de Nioro.

Sur place, les adeptes de la confrérie mouride ont pour habitude de se recueillir au sein du mausolée de Sokhna Mame Diarra Bousso, un moment fort du magal de Porokhane.

laissez un commentaire