Le patron de l’OMS a demandé mercredi que la pandémie de coronavirus ne soit pas « politisée », après que le président américain a accusé l’agence de l’ONU d’être trop proche de la Chine et de mal gérer l’épidémie.

« Ne politisez pas le virus. Pas besoin d’utiliser le Covid pour marquer des points politiques », a lancé au cours d’une conférence de presse virtuelle Tedros Adhanom Ghebreyesus, interrogé par un journaliste sur les accusations portées mardi par Donald Trump.

« Vous avez beaucoup d’autres moyens de faire vos preuves », a-t-il ajouté, appelant à ne pas « jouer avec le feu ». « S’il vous plaît, mettez en quarantaine la politisation du Covid », a-t-il dit. « Nous ne faisons pas de politique à l’OMS ».

Trump menace de suspendre le financement américain à l’OMS

Le président Trump s’est emporté contre l’OMS, jugée trop proche à ses yeux de Pékin, mardi lors de son point de presse quotidien depuis la Maison Blanche. « Tout semble très favorable à la Chine, ce n’est pas acceptable », a-t-il déclaré.

M. Trump a notamment critiqué la décision de l’OMS de se prononcer contre la fermeture des frontières aux personnes provenant de Chine au début de l’épidémie. « L’OMS s’est vraiment plantée », a-t-il également écrit dans un tweet.
Il a menacé de suspendre le financement américain à l’OMS, dont les Etats-Unis sont le principal contributeur. « Je ne dis que pas que je vais le faire, mais nous allons examiner cette possibilité », a-t-il affirmé.
“Les Etats-Unis et la Chine devraient s’unir pour combattre ce dangereux ennemi”
Le directeur général de l’OMS a remercié mercredi les Etats-Unis pour leur « généreux soutien » contre la pandémie, mais a appelé le monde à « rassembler son énergie ».

« Les Etats-Unis et la Chine devraient s’unir pour combattre ce dangereux ennemi », a-t-il en particulier relevé.
« Battons-nous comme des diables pour supprimer et contrôler ce virus. Il est dangereux. Nous avons besoin d’unité », a affirmé Tedros Adhanom Ghebreyesus.
« Ne continuons pas à jouer avec le feu » face à un virus qui progresse « de façon exponentielle », a-t-il insisté, alors que le bilan de la pandémie approche la barre des 100.000 décès dans le monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici