Dans  le  cadre  du  traitement  du  covid-19,  les  cliniciens  au niveau  de  l’hôpital  Fann avec  le  professeur  Seydi  ont  commencé  à  avoir  des  résultats significatifs.  C’est  pourquoi,  les  entités  de  régulation  de  l’utilisation  du  médicament  comme  la  direction  de  la  pharmacie  et  du  médicament,  le  laboratoire  national  de  contrôle  du  médicament   et  d’autres  commissions  ont  décidé    de  parler  du  médicament  et  mieux  l’encadrer selon la directrice de la santé.  Il  s’agit  de  documenter  et  encadrer les  résultats.  Cela, pour  combattre  la  contrefaçon  et  traquer  les  faux  médicaments.  Tous  les  malades  ne  vont  pas  recevoir  la  Chloroquine  le  suivi  sera  fait.  Les  effets  secondaires,  s’ils  existent  seront  pris  en  charge  par  les  cliniciens dit-elle.  Et de  demander  à  la  population  de  ne  pas  prendre  la  Chloroquine en   mode   prévention.

Que  personne  ne  joue  au  faux  médecin ou  au  faux  pharmacien. L’automédication  est  contre-indiquée.  Prendre  la  chloroquine  ne  signifie  pas  qu’on  n’est  protéger  du  coronavirus,  le  médicament  n’a  pas  un  caractère  préventif.  C’est  la  mise  en  garde  de  la  directrice  de  la  santé. Marie  Khémes  Ngom  Ndiaye,  par  ailleurs, présidente  du  comité  nationale  de gestion  des  épidémies,  affirme que   la  direction  de  la  pharmacie  et du  médicament  est  aujourd’hui  l’autorité  de  régulation  de  tout  ce  qui  concerne  les produits  pharmaceutiques  au  niveau  du  ministère  de  la  santé  et  l’action  sociale. En effet, la Chloroquine est  aujourd’hui  utilisée  dans  la  prise  en  charge  de la  maladie  covid-19.  Elle  a procuré  des  résultats  significatifs. Il faut  noter  que  des  experts  s’étaient  réunis  pour  discuter  de  son  retrait  dans  le  traitement  du  paludisme  parce  qu’il  y  avait  des  cas  de  résistance.  Elle  continue   cependant  d’être  utilisée  pour  d’autres  pathologies.  Face  au  traitement  de  la  pandémie,  il  y  a des  patients  qui  ne  parviennent  plus  à  trouver  le médicaments  dans  les  officines.

Sur  le  plan de  la  prise  en charge  médicamenteuse  les  résultats sont  encourageant  avec  la  chloroquine   selon le directeur   de la  direction  de  la pharmacie  et  du  médicament (DPM).  Le professeur  Yerim  Mbagnick  Diop atteste  que  la  DPM assure  la  disponibilité  et  l’accessibilité  du  médicament. Elle gère un  secteur  privé  qui  assure  80%  de  l’approvisionnement  et  le  secteur  public  géré  par  la Pharmacie  nationale de  l’approvisionnement (Pna).  La  direction a  huit  fonctions  réglementaires  pour  évaluer  la  qualité des  médicament

A l’en croire, c’est le  comité  d’expert   qui  doit  valider  l’utilisation  de  la  Chloroquine.  Les  techniciens  vont  veiller  à  la  surveillance  de  ses  effets  indésirables  comme  cela  a été  noté  dans le  traitement  du  paludisme.  Il  faut  noter  aussi  que  ce médicament  est  encore  utilisé  par  les  dermatologues  et  d’autres médecins  dans  le  traitement  d’autres  pathologies.  Il  faut  dit-il  savoir  à  quel moment  c’est  plus  efficace  et    se  sera  évalué.

Le professeur  Diop ajoute qu’ Il  y a des  stocks  qui  sont  en  route  et  qui  seront  là.  « Pour  le  moment  il  y  a une existence  de  plus de 700 doses.  Les  indiens  qui  sont  les  fabricants disent  qu’ils  n’exportent  plus  le  produit, la  France  avait  réquisitionné  son  stock  pour  l’union  européenne  avant  de  se  ressaisir  et  compte  en donner  à  l’Afrique »

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici