DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Les prix alimentaires devraient rester à des niveaux élevés jusqu’à la fin de l’année 2024

0

L’inflation des prix alimentaires intérieurs reste élevée à travers le monde. Les données disponibles entre mai et août 2022 font état d’une forte inflation dans la quasi-totalité des pays à revenu faible et intermédiaire : 93,3 % des économies à faible revenu, 90,9 % des économies à revenu intermédiaire de la tranche inférieure et 93 % des économies à revenu intermédiaire supérieur ont enregistré des taux d’inflation supérieurs à 5 %, un grand nombre d’entre elles affichant même une inflation à deux chiffres. La part des pays à revenu élevé touchés par la montée de l’inflation a également augmenté sensiblement : environ 85,7 % d’entre eux connaissent une inflation des prix alimentaires.

Depuis la dernière mise à jour datant du 11 août 2022, l’indice des prix des produits agricoles est resté relativement stable, avec une progression d’un point de pourcentage seulement. Les cours du blé, du maïs et du riz sont supérieurs de 17, 29 et 6 % par rapport à ceux de septembre 2021. Par rapport aux prix moyens enregistrés en janvier 2021, les cours du maïs et du blé affichent une hausse de 31 et 34 % respectivement, et ceux du riz une baisse de 15 %. (Se reporter aux fiches de données [a] actualisées tous les mois pour suivre l’évolution des indices des prix des produits de base agricoles et alimentaires)

La guerre en Ukraine modifie la physionomie des échanges, de la production et de la consommation des produits de base (a), ce qui devrait maintenir les prix à des niveaux élevés jusqu’à la fin de l’année 2024, aggravant ainsi l’insécurité et l’inflation alimentaires. Selon les prévisions de la mise à jour semestrielle du Rapport mondial sur les crises alimentaires 2022 (a), le nombre de personnes nécessitant une aide humanitaire d’urgence devrait atteindre 205,1 millions dans 45 des 53 pays/territoires inclus dans l’étude.

On assiste depuis le début de la guerre en Ukraine à une vague de mesures sur les exportations et les importations de denrées. La crise alimentaire mondiale a été en partie aggravée par l’intensification des restrictions commerciales mises en place par les pays dans le but d’accroître l’offre intérieure et de faire baisser les prix. À la date du 15 septembre 2022, 21 pays avaient imposé 30 interdictions d’exportation sur certains produits agricoles et six pays avaient adopté 11 mesures de restriction des exportations.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.