DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Le Sénégal invité d’honneur du 15è FIFFS

0

Le cinéma africain sera célébré lors de la 15è édition du Festival international du film de femmes de Salé (FIFFS), prévue du 26 septembre au 01 octobre, à travers la programmation d’un « Spécial Afrique », avec le Sénégal comme invité d’honneur.

En célébration de Rabat capitale de la culture africaine, le Festival organisé par l’Association Bouregreg en partenariat avec le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, prévoit « un Spécial Afrique » pour rendre un hommage aux images-sons au féminin de l’Afrique à travers un panorama du cinéma sub-saharien qui comporte 8 films, représentant 8 pays, faits par des femmes.

Un communiqué de l’association précise que ces œuvres cinématographiques traitent de la question de la femme et du genre.

En ouverture de ce panorama, seront projetés les films de « Annatto » de Fatima Ali Boubakdy (Maroc, 2021), « Sur les traces d’un migrant » de Delphine Yerbanga (Burkina Faso, 2021), « Zinder » de Aicha Macky (Niger, France, Allemagne, 2021), ainsi que « L’africain qui voulait voler » de Samantha Biffot, (Gabon, 2015).

Il s’agit également de « Chambre N°1 » de Leila Thiam (République centrafricaine, 2017), de « Chez jolie coiffure » de Rosine Mbakam (Cameroun, 2018), de « Sema » de Machérie Ekwa (République démocratique du Congo, 2019), et de « Une femme, un destin » de Hanifa Ali Oumar (Tchad, 2020).

Le choix du Sénégal comme invité d’honneur de cette édition, fait observer l’Association, intervient dans le sillage de la célébration de « Rabat Capitale de la culture africaine », de même que ce pays est considéré comme l’un des précurseurs du cinéma à l’échelle du continent africain et un leader en matière d’initiatives visant à promouvoir la culture cinématographique.

Selon ainsi projetés quatre longs métrages, entre fiction et documentaire, de réalisatrices et de réalisateurs ayant abordé, à travers leurs œuvres, la question féminine et son impact sur la société sénégalaise.

Il s’agit de « Atlantique » de Mati Diop, 2019 (Film d’ouverture), de « Congo, un médecin pour sauver les femmes » de Angèle Diabang (2014), de « On a le temps pour nous » de Katy Léna Ndiaye (2019), ainsi que « Des étoiles » de Dyana Gaye (2013).

Un hommage sera également rendu au cinéma sénégalais pour tout ce qu’il partage avec le cinéma marocain, ajoutent les organisateurs, notant que le programme de ce festival prévoit une rencontre ouverte sur le cinéma africain, avec la présentation du témoignage de Catherine Ruelle, écrivaine, productrice, journaliste et spécialiste dans le cinéma africain, en plus d’un débat autour de l’ouvrage « Afriques 50 : Singularités d’un cinéma pluriel ».

La 15è édition du Festival international du film de femmes de Salé intervient dans un contexte particulier d’interactions culturelles africaines multiples, s’inscrivant au cœur de l’action culturelle africaine à l’importance indéniable et aux facettes multiples.

Tout au long de son parcours prestigieux, le festival a en effet accueilli de nombreuses productions cinématographiques au sein de laquelle les femmes occupent une place de choix et portent l’étendard de l’originalité, tout en assumant des rôles de premier plan dans des films tout aussi captivants les uns que les autres, et en défendant la cause du cinéma africain.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.