« Les fils d’emprunt de Wade doivent contribuer pour solder l’amende de Karim Wade ». C’est la proposition du président de Rewmi. Un Idrissa Seck qui propose l’ancien médiateur de la République, Serigne Diop et l’actuel médiateur, Alioune Badara Cissé, pour discuter avec Macky Sall. Afin que tous les fils d’emprunt de Me Wade contribuent pour payer l’amende de Karim Wade estimée à 138 milliards de F Cfa. Les mots sont clairs, la position du leader de Rewmi affichée. Cependant, cette sorte de « quête populaire » proposée est perçue comme du sable dans le couscous libéral. Puisque pour les partisans du pater de Karim Wade, Idrissa Seck veut semer le doute dans la tête des Sénégalais. Confortant du coup l’inégalité de la candidature de Karim Wade. Pis, les libéraux sont persuadés que cette proposition du chef de file de Rewmi est un stratège qui cautionne la culpabilité de Karim Wade qui, selon eux, est victime d’une injustice notoire de la part du régime apériste conduit par son chef, Macky Sall. Pour Mayoro Faye, cette proposition n’engage que Idrissa Seck et ne mérite pas d’être étudiée. « Nous ne verserons pas dans une polémique quelconque. Karim Wade s’apprête à rentrer pour faire face à son devoir et remplir correctement sa mission de candidature », lance M. Faye, avant de dire que : « Accepter cette proposition, c’est tomber dans le piège machiavélique de Idrissa Seck. Qui use et abuse d’astuces politiciennes pour attester un forfait d’un potentiel candidat à la Présidentielle de 2019.  « Wade n’a pas de fils d’emprunt, mais des fils et héritiers politiques. Dont l’un d’entre eux est l’actuel président de la République, d’autres sont d’anciens premiers ministres », précise Mayoro Faye.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici