Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux a présidé, ce jeudi au Bulding Administratif, un atelier de partage sur le thème : « Les impacts de la pandémie COVID-19 sur l’exercice des droits et libertès », afin d’évaluer l’action des pouvoirs publics face aux droits et libertés en cette période de pandémie. Me Malick Sall, lors de cette rencontre, est largement revenu sur l’arsenal judiciaire déployé pour lutter contre la transmission la pandémie à Coronavirus non sans manquer de remercier les travailleurs de la Justice, les juges, les procureurs et l’Administration pénitentiaire pour leur capacité de résilience.

« Nous savons que la justice a tenu son rôle. Elle a exécuté à la lettre les instructions du Chef de l’Etat qui nous a, d’ailleurs, félicité. Notre administration pénitentiaire a été distinguée et a été saluée. Je remercie également les juges, les procureurs et les travailleurs de la Justice parce que le travail n’a pas était facile. Si le Sénégal a été classé deuxième au monde, derrière la Nouvelle Zélande, dans la réussite de la riposte organisée contre le Coronavirus, nous sommes pour quelque chose », a d’emblée dit le Garde des Sceaux.

La stratégie de riposte contre le Coronavirus dans les prisons

Selon le ministre de la Justice, Me Malick Sall: « Le Directeur de l’Administration pénitentiaire a exécuté en bon soldat les instructions du Chef de l’Etat. Et l’idée que je qualifie de lumineuse, c’est qu’on a effectivement décidé qu’une personne qui est sous mandat de dépôt, avant de rejoindre sa prison devait d’abord passer dans un centre de transite : un centre de transite au Cap Manuel pour les hommes et un centre de transite à Dantec pour les femmes. Cette personnes devait rester dans ce centre pendant 14 jours, si pendant ces 14 jours, elle ne développent de symptômes de Covid-19, elle allait rejoindre sa cellule. Au cas où elle développait des symptômes de Covid-19, elle est immédiatement prise en charge par les services de l’Administration pénitentiaire. Donc, nous avons eu quelques cas et ces cas ont été décelés dans ces centres de transite de l’Administration pénitentiaire et nous avons 100% de guérissons. Nous avons donc la fierté d’avoir noté qu’aucun détenu infecté par le Coronavirus ».

La suspension des exécutions des décisions de justice

« Bien que nous étions dans un Etat d’exception, tout ce qui a été fait nous a été autorisé par l’Assemblée nationale. Elle nous a permis de réadapter les textes, par exemple la suspension des exécutions des décisions de justice. Pendant toute la durée de l’Etat d’urgence, il n’était autorisé d’expulser un locataire. Et nous avons, par une loi spécifique votée par l’Assemblée nationale, obtenu la possibilité d’agir. Pour vous dire que la législation sénégalaise a été faite dans le respect strict des dispositions légales qui existaient ou qui ont été organisées ou autorisées par l’Assemblée nationale », explique le Garde des Sceaux.

Réélection du Sénégal au Conseil des droits de l’homme de l’ONU

« Il y’avait les candidatures de tous les pays à la fois de la France, des Etats-Unis, etc…, mais le Sénégal a obtenu le plus grand nombre de voix que tout autre pays. Cela prouve le caractère Etat de droit du Sénégal est reconnu par la communauté internationale. Je pense que tout Sénégalais devait s’en félicitait », a soutenu Me Malick Sall.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici