DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Le choc de la clarification

0

Il y a de cela 7 ans, leur combat s’était soldé par un nul. Ce dimanche, Lac 2 et Modou Lô vont se retrouver, une nouvelle fois, au centre de l’arène pour un combat, celui de la clarification sans doute. Les deux protagonistes se disputeront le drapeau de l’émergence, mis en jeu par le promoteur Pape Abdou Fall.

Lors les face-à-face d’avant combat, chacun a promis de faire mordre la poussière à son adversaire. Le ton est monté. Ils ont tous durci leurs propos pour s’apeurer mutuellement. Ils ont promis de se cogner pour le plaisir des amateurs. Reste à savoir maintenant, entre ces deux mastodontes, qui engagera le combat dans une allure guerrière.

Modou Lô ne peut se permettre de concéder une troisième défaite, après celles subies dernièrement devant Balla Gaye 2 et Bombardier. Il est sous pression et seule une victoire est importante pour lui. Mais le pensionnaire de Rock Energie reste persuadé que ça sera sa deuxième victoire de suite, après celle obtenue devant Gris Bordeaux lors de sa dernière sortie. «Je suis prêt sur tous les plans. On est juste en train de faire les derniers réglages avant le jour-j. Ce combat compte beaucoup et je n’ai besoin de rien d’autre que de la victoire», assure le roc des Parcelles Assainies.

Même son de cloche du côté de l’écurie Walo, où Lac 2 affiche la sérénité. Le puncheur du Walo, comme on le surnomme, n’entend pas louper sa cible. Au contraire, Lac 2 est déterminé à marcher sur son adversaire afin d’obtenir un contrat pour disputer le titre de «Roi des arènes». «Je suis prêt à encaisser les coups de Modou Lô. Je suis également prêt à aller chez Ardo. Mais, qu’il évite d’encaisser un seul de mes coups. S’il reçoit un de mes coups, il le regrettera fort», menace le protégé de Mouhamed Ali.

En tout cas, chacun des lutteurs est engagé à faire mordre la poussière à l’autre. Ce sont les amateurs qui seront bien servis, ce dimanche, au stade Léopold Sédar Senghor. A noter que le vainqueur de cette affiche pourrait bien se permettre de défier le «Roi des arènes», Bombardier.

laissez un commentaire