DERNIERES INFOS
S'informer devient un réel plaisir

Le Burkina Faso bientôt exclu de l’AGOA

TOPSHOT - Military personnel stand outside the headquarters of the country's defence forces in Ouagadougou on March 3, 2018 a day after dozen of people were killed in twin attacks on the French embassy and the country's military. The government said the attack on the military was a suicide car bombing and that a planned meeting of the G5 Sahel regional anti-terrorism force may have been the target. / AFP / Ahmed OUOBA
0

Après l’Éthiopie, le Mali et la Guinée, en 2021, le président des États-Unis, Joe Biden, a annoncé dans une lettre sa volonté de suspendre les avantages commerciaux octroyés à Ouagadougou dans le cadre de l’African Growth and Opportunity Act (Agoa) qui compte 39 pays africains. La Maison-Blanche a justifié cette décision par l’absence de progrès vers un retour à la démocratie, après les deux coups d’État militaires dans le pays depuis début 2022. « J’ai pris cette décision, car j’ai déterminé que le gouvernement du Burkina Faso n’a pas mis en place, ou fait des progrès continus en vue d’établir, le respect de l’État de droit et du pluralisme politique », éléments nécessaires dans le cadre du programme Agoa, a justifié le dirigeant américain.

Pas de surprise
L’exclusion du pays ouest-africain sera effective au 1er janvier prochain, a précisé le courrier. Néanmoins, si la mesure prise par Washington a un impact politique certain, il devrait être négligeable sur l’économie du Burkina Faso, car les échanges sont globalement faibles avec les États-Unis.

Dans un communiqué, l’ambassadrice américaine au commerce, Katherine Tai, a insisté sur la nécessité pour le « Burkina Faso de prendre les décisions nécessaires pour répondre aux conditions de l’accord et au retour de la démocratie ». « Je vais fournir au Burkina Faso une feuille de route claire leur permettant de réintégrer le programme et notre administration va travailler avec eux afin d’y parvenir », a t-elle ajouté.

L’Agoa, mis en place en 2000 et dont la liste des pays bénéficiaires est révisée tous les ans, établit une coopération économique et commerciale avec le continent africain. Il facilite les exportations africaines vers les États-Unis pour soutenir le développement économique. Dans le cadre de cet accord des milliers de produits africains peuvent bénéficier de réductions de taxes à l’importation, sous réserve cependant de conditions remplies concernant notamment les droits humains, la bonne gouvernance ou la protection des travailleurs.

Un pays enlisé dans la guerre contre le terrorisme
En début d’année, les États-Unis avaient exclu trois autres pays du programme, l’Éthiopie, le Mali et la Guinée, en estimant également que les actions prises par ces trois gouvernements en violaient les principes.

Confronté depuis 2015 à des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes qui ont fait des milliers de morts et contraint quelque deux millions de personnes à fuir leurs foyers, le Burkina Faso a été secoué par deux coups d’État militaire depuis le début de l’année. Le 24 janvier, des militaires emmenés par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba avaient renversé le président Roch Marc Christian Kaboré, accusé de laxisme face aux attaques, avant d’être à son tour déposé le 30 septembre par le capitaine Ibrahim Traoré.

En 2020, les trois principaux bénéficiaires du dispositif Agoa étaient : l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Kenya avec respectivement 1 113, 315 et 282 millions de dollars d’exportations vers les États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.