37 personnes tuées en 2019. C’est la sommes des meurtres dans la ville sainte de Touba.

Quoi qu’il en soit, les chiffres font froid dans le dos. Car, pour l’année 2019, rien que les découvertes faites par la police sont plus qu’ahurissantes. En effet, il ressort des  informations de Seneweb que la traque des délinquants lancée dans la ville et environs a permis aux différents commissariats de la cité religieuse de mettre hors d’état de nuire 1225 individus pour divers motifs.

Les policiers de Touba ont également démantelé pas moins de 42 bandes de malfaiteurs qui perturbaient la quiétude des populations de Touba et environs, d’après les mêmes sources qui renseignent qu’au moins 807 véhicules et 598 motos ont été également immobilisés pour diverses infractions dans la circulation.

À signaler en outre qu’en 2019, quelque 34 vols avec violence, 57 recels, 34 cas d’homicides involontaires, ont été enregistrés sur les fichiers de la police. Celle-ci a également enregistré 3 cas de meurtres au courant de l’année 2019.

Il s’agit de Sokhna Khady Sèye (25 ans) poignardée à mort, le 2 novembre 2019, au quartier Beugue Bamba de Touba Madiyana et du cas de Baye Daouda Touré (2 ans) et Serigne Mbacké Madina Touré (3 ans), égorgés dans la nuit du 26 au 27 septembre 2019, chez eux à Touba.
Même si pour la première affaire, le présumé meurtrier Cheikhouna Diop a été inculpé de meurtre avec préméditation et sera jugé par la Chambre criminelle, pour le double meurtre des enfants, l’on nous informe que des prélèvements effectués sur le lieu du crime ont été envoyé à Bordeaux, en France.

Par ailleurs, dans la lutte contre la circulation et l’utilisation des stupéfiants, une quantité de 12 992 grammes de chanvre indien, 2107 cornets, 119 joints, a été saisie dans la Commune de Touba, entre le 1er janvier et le 31 décembre 2019, d’après toujours le bilan fait par les policiers.
En outre, comme il est constaté dans plusieurs localités du pays, des opérations combinées entre la police et la gendarmerie sont en train d’être menées, depuis quelques semaines, à Touba. A cela, des patrouilles de routine sont également effectuées de manière parallèle par la gendarmerie.
Au même moment, la police a lancé, depuis le début du mois de janvier, une opération dénommée « Samu Sunu karangué », qui va se poursuivre jusqu’au 20 février prochain. Un dispositif permanent articulé autour de patrouilles et de check-points est mis en place. Le but, d’après un de nos informateurs, « d’avoir une présence dissuasive afin de faire revenir la sécurité chez les populations ».
« Depuis que nous avons démarré cette opération, on a quand même constaté une accalmie », informe une source de la police de Ndamatou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici